Nouvel An sous haute sécurité en France

Des policiers patrouillant au marché de Noël des... (PHOTO PATRICK KOVARIK, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des policiers patrouillant au marché de Noël des Champs-Élysées, à Paris, le 22 décembre dernier.

PHOTO PATRICK KOVARIK, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

Près de 100 000 policiers, gendarmes et militaires seront mobilisés pour le réveillon du Nouvel An en France, où de nouveaux dispositifs de protection, comme des blocs de béton, ont été mis en place face à la menace djihadiste.

Ces nouvelles mesures ont été prises en réaction à l'attentat djihadiste du 19 décembre à Berlin, où 12 personnes ont été tuées sur un marché de Noël par un camion-bélier lancé sur la foule. Un mode opératoire similaire à celui de l'attentat de Nice, dans le sud-est du pays, le soir de la Fête nationale du 14 juillet (86 morts).

«La fête de la Saint-Sylvestre a toujours été un moment de forte mobilisation avec les conduites en état d'ivresse, les bagarres, les feux d'artifice ou encore les voitures brûlées. Maintenant, on prend aussi en compte les nouvelles menaces terroristes», explique une source policière.

Il y aura donc près de 100 000 membres des forces de l'ordre déployés ce week-end dans tout le pays, comme pour Noël.

Un mois et demi après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris (130 morts), le réveillon de l'an dernier avait été réduit au minimum dans la capitale, avec le feu d'artifice annulé. Celui de 2016 s'annonce plus festif, avec un spectacle son et lumière sur la célèbre avenue des Champs-Elysées où 600 000 personnes sont attendues.

Quelque 2000 agents de sécurité et 400 secouristes seront déployés sur les lieux, selon la mairie. La zone sera également entourée de 3 km de barrières de protection.

Plus généralement, «des blocs de béton et des barrières seront installées sur les gros rassemblements», indique la police.

À Nice, 150 policiers seront mobilisés samedi soir avec l'appui de policiers d'élite. À Strasbourg, ils seront 350 policiers et 200 militaires. À Toulouse, 200 policiers, selon la même source.

La menace terroriste «reste très élevée» en France, avait estimé avant Noël le patron de la police Jean-Marc Falcone dans un entretien au Journal du dimanche.

La France a été frappée depuis janvier 2015 par une série d'attentats sans précédent qui ont fait 238 morts. Cette année, dix-sept projets d'attentats ont été déjoués, selon le gouvernement.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer