Une bombe de la 2e Guerre mondiale force l'évacuation de 54 000 Allemands

Des policiers patrouillent autour d'une zone qui a... (Tobias Hase, AFP)

Agrandir

Des policiers patrouillent autour d'une zone qui a été sécurisée et évacuée à Augsbourg, à la suite de la découverte d'une bombe britannique datant de la 2e Guerre mondiale.

Tobias Hase, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
FRANCFORT

Quelque 54 000 personnes ont été évacuées dimanche, jour de Noël, à Augsbourg, dans le sud de l'Allemagne, après la découverte d'une bombe datant de la 2e Guerre mondiale qui a été désamorcée en début de soirée, ont annoncé les autorités locales.

Il s'agit de la plus importante évacuation de ce type en Allemagne depuis le dernier conflit mondial.

L'opération, qui a mobilisé environ 900 policiers, a débuté à 7h. Le désamorçage de l'engin par deux démineurs s'est achevé peu avant 18h et les mesures d'évacuation ont été «suspendues» dans la foulée, a annoncé la municipalité sur son compte Twitter.

La bombe britannique de 1,8 tonne, toujours dangereuse, avait été découverte le 20 décembre sur un chantier dans le centre de cette ville bavaroise, au nord-ouest de Munich.

Les autorités avaient délimité autour du lieu de la découverte un secteur de sécurité de 1500 mètres qui devait être entièrement évacué le temps du désamorçage.

«L'atmosphère dans la ville est fantomatique. Personne dans les rues, pas un visage derrière les fenêtres», avait indiqué la ville dimanche après-midi sur son site internet, un temps inaccessible du fait d'un trop grand nombre de connexions.

Le désamorçage n'avait pu débuter qu'à 14h en raison d'un nombre plus important que prévu de personnes alitées ou handicapées à évacuer, a indiqué le maire, Kurt Gribl, qui avait demandé sur Twitter aux «personnes concernées» de quitter le secteur, «si possible par elles-mêmes».

L'élu avait également appelé «chacun à vérifier que ses proches, parents, amis avaient trouvé à se loger en dehors de la zone» de sécurité. «Faites attention les uns aux autres», avait ajouté le maire de cette ville d'environ 290 000 habitants.

Des abris d'urgence dans des écoles ou des gymnases avaient été mis en place pour les personnes, notamment âgées, n'ayant pu trouver à se loger chez des proches ou amis.

Interrogé sur la chaîne d'information n24, un porte-parole de la ville avait reconnu que la situation était inhabituelle pour un 25 décembre. «L'évacuation pendant un jour ouvrable aurait été plus difficile. (...) Pendant un jour férié, il y a moins de circulation», s'est justifiée la ville sur son site internet.

Plus de 70 ans après la fin de la guerre, le sous-sol allemand est toujours truffé de bombes non explosées, vestiges des intenses campagnes de bombardements alliés sur l'Allemagne nazie, qui refont régulièrement surface, notamment à l'occasion de chantiers de construction. Les autorités estiment ainsi à quelque 3000 le nombre de bombes dans le sous-sol de Berlin.

Jusqu'à présent, la plus importance évacuation en raison du désamorçage d'une bombe non explosée en Allemagne avait eu lieu en décembre 2011 à Coblence (ouest) : 45 000 personnes avaient alors dû quitter leurs logements.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer