La Turquie accuse Gülen d'être derrière l'assassinat de l'ambassadeur de Russie

Après l'assassinat de l'émissaire russe, M. Gülen, installé aux... (photo Charles Mostoller, archives REUTERS)

Agrandir

Après l'assassinat de l'émissaire russe, M. Gülen, installé aux États-Unis depuis la fin des années 90, s'était dit « choqué et profondément attristé ». « Je condamne dans les termes les plus forts cet acte odieux de terreur », a-t-il ajouté dans un communiqué publié avant les accusations de M. Cavusoglu.

photo Charles Mostoller, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ISTANBUL

Le chef de la diplomatie turque a affirmé mardi à son homologue américain que le réseau du prédicateur Fethullah Gülen, bête noire d'Ankara, était « derrière » l'assassinat de l'ambassadeur de Russie en Turquie, selon l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Lors d'un entretien avec John Kerry, Mevlüt Cavusoglu a déclaré que « la Turquie et la Russie savent que derrière l'attaque contre l'ambassadeur de Russie à Ankara Andreï Karlov, il y a FETO », acronyme désignant le réseau de M. Gülen, selon Anadolu.

Lundi soir, un jeune policier turc, Mevlüt Mert Altintas, a tué de plusieurs balles l'ambassadeur russe à Ankara, Andreï Karlov, affirmant vouloir venger la ville d'Alep, en passe d'être entièrement reprise par le régime syrien avec le soutien de Moscou.

Après avoir tiré les coups de feu, le policier a lancé « Allah Akbar » et « n'oubliez pas Alep ».

Très vite, cependant, le maire d'Ankara Melih Gökçek et des médias progouvernementaux turcs ont évoqué la piste guléniste, estimant que l'assassinat de l'ambassadeur russe visait à torpiller le réchauffement des relations entre Ankara et Moscou.

Après l'assassinat de l'émissaire russe, M. Gülen, installé aux États-Unis depuis la fin des années 90, s'était dit « choqué et profondément attristé ». « Je condamne dans les termes les plus forts cet acte odieux de terreur », a-t-il ajouté dans un communiqué publié avant les accusations de M. Cavusoglu.

Ancien allié du président Erdogan, qui en a fait sa bête noire, M. Gülen est accusé par le gouvernement d'avoir ourdi la tentative de coup d'État qui a secoué la Turquie dans la nuit du 15 au 16 juillet dernier.

M. Gülen, qui nie toute implication dans le putsch manqué, est à la tête d'un mouvement appelé « Hizmet » (« service », en turc), qui compte un réseau d'écoles, d'ONG et d'entreprises. Le gouvernement turc considère ce mouvement comme une « organisation terroriste » qu'il a baptisé « FETO ».

La Turquie a demandé à plusieurs reprises son extradition aux États-Unis, mais les autorités américaines ont jusqu'ici répondu que la décision appartenait à la justice, au grand dam d'Ankara.

Après le putsch avorté, les autorités turques ont lancé des vastes purges, notamment dans les rangs de l'armée et de la police.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer