Pays-Bas: un «suspect terroriste» arrêté à Rotterdam avec des armes

Des policiers militaires mènent des contrôles à l'entrée... (photo Remko de Waal, archives anp/AFP)

Agrandir

Des policiers militaires mènent des contrôles à l'entrée de l'aéroport de Rotterdam, le 17 novembre, après avoir reçu des informations concernant une possible menace terroriste.

photo Remko de Waal, archives anp/AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LA HAYE

Un Néerlandais de 30 ans a été interpellé mercredi à son domicile à Rotterdam, « soupçonné d'avoir préparé un crime terroriste », a annoncé vendredi le parquet national néerlandais dans un communiqué.

La police a saisi une kalachnikov AK-47, deux chargeurs pleins, quatre boîtes de « pièces illégales de feu d'artifice », un tableau représentant un drapeau utilisé par le groupe État islamique (EI), des téléphones portables et la somme de 1600 euros (environ 2250 $) en liquide, a précisé le parquet.

C'est sur la base d'une information des services de renseignements néerlandais (AIVD) qu'une enquête du parquet a été lancée et que les forces spéciales (DSI) ont procédé à son arrestation, a expliqué à l'AFP le porte-parole du parquet, Wim de Bruin.

« Il est soupçonné d'avoir préparé un crime terroriste, mais nous n'avons pas d'information sur les détails », a déclaré M. Bruin.

Arès avoir été présenté devant un juge, le suspect a été placé pour deux semaines supplémentaires en détention préventive, a ajouté le parquet.

Les Pays-Bas sont en état d'alerte depuis les attentats de Paris l'année dernière.

Les services néerlandais de lutte contre le terrorisme (NCTV) ont affirmé le mois dernier que la menace terroriste pourrait augmenter aux Pays-Bas si l'EI venait à être vaincu en Syrie et en Irak, avec le retour de nombreux combattants.

Environ 270 Néerlandais sont partis se battre aux côtés des djihadistes, et environ 40 anciens soldats de l'EI sont revenus.

En avril, un Polonais ivre avait provoqué l'évacuation nocturne de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, après avoir faussement assuré avoir une bombe. L'incident s'était déroulé trois semaines après les attentats en Belgique à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem et dans le métro de Bruxelles, qui avaient fait 32 morts.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer