La Russie suspend un accord avec les Américains sur le plutonium

Moscou a suspendu lundi un accord avec les... (photo Pavel Gerasimov, REUTERS)

Agrandir

Moscou a suspendu lundi un accord avec les États-Unis sur le recyclage de dizaines de tonnes de plutonium provenant d'ogives nucléaires, comme celles dont sont équipés les missiles russes Topols.

photo Pavel Gerasimov, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MOSCOU

La Russie a suspendu lundi un accord crucial avec les États-Unis sur le recyclage de dizaines de tonnes de plutonium provenant d'ogives nucléaires en raison des « actions inamicales » de Washington.

Vladimir Poutine a signé un décret présidentiel mettant fin à un accord établi en 2000 entre lui-même et Bill Clinton et qui prévoyait pour chacun des pays le recyclage de 34 tonnes de plutonium provenant de leurs immenses stocks d'ogives nucléaires héritées de la Guerre froide.

Les deux pays s'étaient ainsi engagés à transformer le plutonium en surplus en combustible à oxydes mixtes (MOX) pour des centrales nucléaires. Cet accord, qui s'inscrivait également dans la volonté de lutter contre la prolifération des armes nucléaires, n'a jamais été appliqué.

En 2010, Moscou et Washington ont signé un protocole supplémentaire pour qu'il prenne effet dès 2018.

L'accord est désormais suspendu par Vladimir Poutine qui a justifié sa décision par le « changement radical des circonstances et l'apparition d'une menace à sa stabilité stratégique en raison des actions inamicales des États-Unis à l'égard de la Russie et de leur incapacité à assurer le respect de leurs obligations ».

« Cela signifie que la Russie ne compte plus être la seule à remplir les obligations de cet accord », a résumé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Vladimir Poutine avait déjà accusé Washington plus tôt cette année de ne pas respecter les accords signés concernant le plutonium : les États-Unis utilisaient leur surplus de manière à conserver leurs capacités de défense, avait-il dénoncé.

Ce décret est un « geste essentiellement symbolique visant à prouver que les deux parties ne coopèrent plus dans ce domaine », a déclaré à l'AFP l'expert militaire indépendant Alexandre Golts.

« C'est juste un accord de plus signé par la Russie et les États-Unis dans le cadre du processus du désarmement nucléaire qui a été suspendu », a-t-il estimé.

Les relations entre Moscou et Washington sont au plus bas depuis l'annexion de la Crimée en 2014 et le début du conflit dans l'est de l'Ukraine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer