Pédophilie: un prêtre britannique arrêté après cinq ans de cavale

Andrew Charles Kingston Soper était en cavale depuis sa... (ARCHIVES AP)

Agrandir

Andrew Charles Kingston Soper était en cavale depuis sa mise en liberté sous caution en 201,  et avant d'être inculpé d'abus sexuels sur des enfants.

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Un prêtre catholique britannique, accusé par la justice de son pays d'abus sexuels sur des enfants, a été arrêté dimanche à l'aéroport Luton de Londres après une cavale de cinq ans, a annoncé la police.

Andrew Charles Kingston Soper, 72 ans, a été appréhendé à son arrivée du Kosovo et a immédiatement été incarcéré. Il est accusé d'abus sexuels commis à neuf reprises entre 1972 et 1986.

Son arrestation met un terme à une longue bataille judiciaire entre le Royaume-Uni et le Kosovo.

Le prêtre britannique avait été arrêté en mai au Kosovo, où il se cachait, sur la base d'un mandat d'arrêt européen lancé par la Grande-Bretagne. Il se trouvait depuis en détention, mais, il y a deux semaines, la justice kosovare avait refusé pour la deuxième fois de l'extrader.

Le Kosovo arguait que les «accusations dont il (faisait) l'objet (étaient) proches de devenir caduques».

Contactées dimanche par l'AFP, les autorités kosovares n'étaient pas disponibles pour commenter le retour du prêtre en Grande-Bretagne, ni son arrestation.

De même, la police londonienne a dit ignorer si son retour était le fruit d'un accord avec le Kosovo ou si Soper était rentré à Londres de son propre chef.

Il était en cavale depuis sa mise en liberté sous caution en 2011 et avant d'être inculpé d'abus sexuels sur des enfants, des faits qui remontent à la période où il était enseignant à l'école St Benedict's School, un établissement catholique privé basé à Ealing Abbey dans l'ouest de Londres. Soper est accusé d'avoir abusé de cinq de ses écoliers.

Suite à un rapport britannique indépendant qui diffusait des détails sur 21 incidents liés à des abus commis par des prêtres de 1970 à 2010, l'école St Benedict's a présenté des excuses et accepté des recommandations sur un changement fondamental dans sa manière de fonctionner afin de mieux protéger les enfants à l'avenir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer