MH17: les premiers résultats de l'enquête pénale révélés le 28 septembre

L'écrasement de l'avion de Malaysia Airlines, qui avait... (Photo Maxim Zmeyev, archives Reuters)

Agrandir

L'écrasement de l'avion de Malaysia Airlines, qui avait décollé de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol en direction de Kuala Lumpur, avait fait 298 morts le 17 juillet 2014.

Photo Maxim Zmeyev, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LA HAYE

Les premiers résultats de l'enquête pénale internationale sur les responsabilités de l'écrasement du vol MH17 de la Malaysia Airlines, abattu en juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine qui a fait 298 morts, seront dévoilés le 28 septembre, a annoncé à l'AFP vendredi le ministère public néerlandais.

« Nous avons informé les proches des victimes de la catastrophe du MH17 qu'une nouvelle réunion d'information aurait lieu le 28 septembre, réunion durant laquelle les résultats de l'enquête pénale seront révélés », a déclaré Wim de Bruin, porte-parole du ministère public néerlandais.

Une autre enquête internationale sur les causes de l'écrasement, coordonnée par le Bureau néerlandais d'enquête pour la sécurité (OVV), avait affirmé l'an dernier que le Boeing 777 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur avait été abattu le 17 juillet 2014 par un missile sol-air de type BUK de fabrication russe depuis une zone tenue par les séparatistes prorusses. Mais elle n'avait pas identifié les auteurs du tir.

Quelque 298 passagers et membres d'équipage, des Néerlandais pour la plupart, avaient alors été tués.

Un peu plus de deux ans après la catastrophe, le voile devrait être levé sur « l'arme employée et l'emplacement exact d'où est issu le tir » qui a provoqué l'écrasement, a ajouté M. De Bruin.

Les résultats seront communiqués à la presse lors d'une conférence après la réunion matinale réservée aux familles et aux proches à Nieuwegein, près d'Utrecht au centre des Pays-Bas, a-t-il précisé.

Au retour d'une visite de deux jours à Moscou début juillet, les enquêteurs néerlandais avaient demandé aux Russes de fournir des preuves radar supplémentaires pour déterminer l'origine du tir.

Les résultats de l'enquête ne seront pas publiés dans le cadre d'un rapport mais figureront dans le dossier pénal qui sera porté devant un tribunal, avait précisé le parquet.

L'équipe d'investigation conjointe (JIT) rassemble des représentants issus des Pays-Bas, d'Australie, d'Ukraine, de Malaisie et de Belgique. L'objectif de l'enquête pénale est de « retrouver les personnes qui sont responsables de l'écrasement du MH17 et de les amener devant la justice ».

Les autorités séparatistes démentent toute responsabilité dans la catastrophe, pointant du doigt les forces ukrainiennes.

Début juillet, l'Union européenne a formellement prolongé jusqu'au 31 janvier 2017 les lourdes sanctions économiques qu'elle avait décrétées contre la Russie à l'été 2014, en raison de son implication présumée dans le conflit ukrainien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer