Espagne: 5 Allemandes arrêtées pour un «flashmob» pris pour un attentat

Les jeunes femmes, monitrices d'un voyage organisé pour... (photo Tommaso Di Girolamo/le point)

Agrandir

Les jeunes femmes, monitrices d'un voyage organisé pour adolescents allemands, ont organisé un « flashmob » dans la nuit de mardi à mercredi sur le bord de mer très fréquenté de Platja d'Aro (Catalogne, nord-est de l'Espagne).

photo Tommaso Di Girolamo/le point

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BARCELONE

Cinq Allemandes ont été arrêtées en Espagne pour avoir organisé un « flashmob » qui a été pris pour un attentat et semé la panique dans une station balnéaire, a annoncé mercredi la police régionale de Catalogne.

Âgées de 20 à 25 ans, elles ont comparu mercredi devant un juge qui les a laissées en liberté et leur a demandé de rester à la disposition de la justice pendant l'enquête pour troubles à l'ordre public, selon une source judiciaire.

Les jeunes femmes, monitrices d'un voyage organisé pour adolescents allemands, ont organisé un « flashmob » dans la nuit de mardi à mercredi sur le bord de mer très fréquenté de Platja d'Aro (Catalogne, nord-est de l'Espagne). Lors de cette performance éphémère, l'une des femmes se faisait passer pour une célébrité poursuivie par des admirateurs qui voulaient la prendre en photo.

Leurs cris et leur course ont causé un mouvement de panique, les estivants craignant un attentat comme à Nice (sud-est de la France) le 14 juillet, quand un camion a foncé dans la foule massée sur le bord de mer, tuant 84 personnes.

Des vidéos de témoins publiées sur les réseaux sociaux montrent des gens courant et criant dans les rues, et d'autres réfugiés dans un restaurant où des enfants pleurent et des morceaux de vaisselle cassée sont éparpillés sur le sol.



La police a tweeté dans la nuit en catalan, espagnol, anglais et allemand qu'il s'agissait d'une fausse alerte, et démenti des rumeurs de coups de feu.

« Il y a des plaisanteries qui ne sont pas admissibles », a tweeté le président de la région, Carles Puigdemont. Un édile de Platja d'Aro, Pep Solé, a quant à lui annoncé à la radio qu'il voulait prendre des mesures contre ces jeunes. « Mon intention, et celle de la majorité municipale, est qu'il y ait des conséquences pour qu'elles comprennent qu'elles ne peuvent pas refaire ça », a-t-il dit.

Onze personnes ont dû être soignées pour des contusions, des attaques de panique et de tachycardie, selon un communiqué de la police.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer