Assassinat d'un prêtre en France: deux inculpations

Des policiers devant l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray.... (PHOTO PASCAL ROSSIGNOL, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Des policiers devant l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray.

PHOTO PASCAL ROSSIGNOL, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Deux hommes liés à l'un des meurtriers d'un prêtre assassiné mardi en France ont été inculpés dimanche et placés en détention, a annoncé le parquet de Paris.

Farid K., 30 ans, cousin d'Abdel Malik Petitjean, l'un des deux auteurs de l'attaque dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (nord-ouest), a été mis en examen (inculpé) et écroué.

La deuxième inculpation vise Jean-Philippe J., un homme de 20 ans qui avait tenté de rejoindre la Syrie en juin avec Petitjean.

Farid K., originaire de Nancy (est), «avait parfaitement connaissance, si ce n'est du lieu et du jour précis, de l'imminence d'un projet d'action violente de son cousin», avait indiqué le parquet un peu plus tôt.

Il a été mis en examen pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle».

«L'exploitation de son téléphone et de son ordinateur a révélé qu'il en savait bien plus que ce qu'il a voulu dire aux enquêteurs», a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

Abdel Malik Petitjean et le second meurtrier, Adel Kermiche, tous deux âgés de 19 ans et se réclamant de l'organisation Etat islamique (EI), ont assassiné mardi dans son église un prêtre de 85 ans, Jacques Hamel, avant d'être tués par les forces de police.

Jean-Philippe J., 20 ans, objet d'une fiche des services de renseignement, s'était rendu le 10 juin en Turquie avec Abdel Malik Petitjean, mais il avait été refoulé du pays le lendemain. Petitjean, qui n'était pas à l'époque signalé pour radicalisation, était aussi rentré en France.

Jean-Philippe J. est mis en examen dans une enquête distincte de celle ouverte sur l'attaque dans l'église le 26 juillet.

«Il a sollicité un débat différé devant le juge» et, en attendant, il a été «incarcéré provisoirement», a précisé le parquet de Paris.

Cinq jours après cet assassinat qui a bouleversé la France, de nombreux musulmans ont manifesté dimanche leur rejet du jihadisme et leur solidarité avec les chrétiens en assistant à des messe ou en publiant des tribunes dans les médias.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer