Les unions gaies deviennent réalité en Italie

Le défilé de la fierté gaie à Rome,... (Photo Fabio Frustaci, Archives AP)

Agrandir

Le défilé de la fierté gaie à Rome, le 11 juin dernier.

Photo Fabio Frustaci, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ROME

L'union civile homosexuelle est une réalité en Italie depuis ce vendredi, au lendemain de la publication au Journal officiel d'un premier décret d'application de la loi adoptée avec difficultés au printemps.

Si la plupart des communes du pays ne sont pas prêtes pour les premières célébrations, par manque d'organisation en cette période estivale ou parfois parce que le maire affirme avoir d'autres priorités, certaines ont pris les devants.

Ainsi, un agent de l'État civil de Milan s'est rendu dès mercredi dans un service de soins intensifs pour recueillir les consentements de Margherita, une institutrice de 53 ans en phase terminale, et de la femme avec laquelle elle a vécu pendant 28 ans.

Cette union sera la première inscrite au registre milanais quand celui-ci sera en place, dans une dizaine de jours, a expliqué la commune à la presse.

Des montagnes du Nord aux ports de Sicile au Sud, d'autres mairies ont également commencé à enregistrer les demandes.

Mais le décret en vigueur n'est que partiel: il doit permettre les unions dans les cas les plus simples. Les situations plus complexes, comme les couples binationaux mariés à l'étranger, seront prises en compte dans le décret définitif attendu avant le 5 décembre.

En Italie, dernier grand pays d'Europe occidentale qui n'accordait aucun statut aux couples de même sexe - avec une opposition de l'Église catholique - l'union civile, distincte du mariage, prévoit une obligation d'assistance morale et matérielle réciproque, le bénéfice de la pension de réversion, le titre de séjour pour le conjoint étranger, le droit de visite à l'hôpital, la possibilité de prendre le nom de son conjoint...

L'union civile ne permet pas, comme le prévoyait le projet initial, d'adopter les enfants naturels du conjoint. Quelques semaines après l'adoption du texte en mai, toutefois, dans certains cas, la Cour de Cassation italienne a validé des adoptions de ce type, accordées par les juges au nom de l'intérêt supérieur de ces enfants nés et élevés au sein d'un couple homosexuel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer