Putsch avorté en Turquie: un Canadien serait détenu et accusé 

La famille d'un Canadien qui serait détenu en Turquie sous des accusations... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

La famille d'un Canadien qui serait détenu en Turquie sous des accusations d'avoir été un leader de la tentative de coup d'État avortée le 15 juillet tente de faire revenir au Canada la conjointe de Davud Hanci et leurs enfants.

La famille a indiqué que M. Hanci avait été mis en détention et que son nom apparaissait dans les médias turcs relativement à la tentative de coup d'État.

Selman Durmus, le frère de la conjointe de l'homme détenu Rumeysa Hanci, a affirmé que celle-ci avait joint sa famille par téléphone à Toronto alors que son mari était arrêté.

M. Durmus a parlé pour la dernière fois à sa soeur, dimanche matin. Il a indiqué qu'elle n'était pas en détention, tout en ajoutant que la famille s'inquiétait pour sa sécurité et celle de ses deux jeunes garçons, et voulait les ramener au pays.

M. Hanci, qui réside à Calgary et travaille comme imam pour le Service correctionnel du Canada et pour les Services correctionnels de l'Alberta, s'est rendu en vacances en Turquie avec sa conjointe et leurs enfants le 7 juillet.

M. Durmus a affirmé que la famille avait pris la route de la ville de Trabzon pour rendre visite au père malade de M. Hanci. Il a indiqué que sa soeur avait la double citoyenneté canadienne et turque, et que les garçons étaient nés au Canada.

«De ce que l'on sait, elle est OK en ce moment. Mais elle se sent en danger», a-t-il fait valoir.

Des informations ayant circulé dans les médias turcs laissent entendre que M. Hanci - qui a, selon un ami de la famille, la double citoyenneté canadienne et turque - résidait en Pennsylvanie et travaillait pour le militant établi aux États-Unis Fethullah Gulen, détracteur et ancien allié du président turc Recep Tayyip Erdogan, a indiqué dimanche M. Durmus.

M. Durmus a dit avoir vu M. Hanci être présenté dans certains médias turcs comme le «bras droit» de Fethullah Gulen, soupçonné par le président turc d'avoir fomenté la tentative de coup d'État.

«Des sources dans les médias parlent du «cerveau de la tentative de coup'... Il s'agit d'un homme bien ordinaire. Il a simplement voulu rendre visite à son père. Rien de ce qu'elles avancent n'a de sens», a-t-il soutenu.

Une porte-parole d'Affaires mondiales Canada a indiqué par courriel, samedi soir, que le ministère était au courant de la détention en Turquie d'un homme ayant la double citoyenneté canadienne et turque et que les responsables consulaires canadiens se tenaient prêts à apporter leur aide si nécessaire.

Dans la foulée de la tentative de coup d'État avortée, le régime de Recep Tayyip Erdogan a imposé un état d'urgence de trois mois et licencié ou arrêté des dizaines de milliers de personnes dans l'armée, le réseau de l'éducation, le système de justice et d'autres institutions.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer