Fêtes de la San Fermin: vague d'agressions sexuelles à Pampelune

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans... (PHOTO Susana Vera, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues de Pampelune pour protester contre ces « agressions sexistes », avec le soutien de la mairie, le 11 juillet.

PHOTO Susana Vera, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MADRID

Quinze personnes soupçonnées de viols ou agressions sexuelles ont été interpellées depuis le début des fêtes de la San Fermin à Pampelune (nord de l'Espagne), a annoncé la mairie dans un communiqué.

Depuis le début des fêtes le 6 juillet, 15 personnes ont été arrêtées, dont six pour « agression sexuelle », catégorie qui, en Espagne, comprend les viols.

Quinze plaintes ont été enregistrées selon un communiqué de la mairie de Pampelune, qui fait campagne « pour des fêtes libres d'agressions sexistes » et communique activement sur le sujet.

Deux ont cependant été relâchées sans poursuites et une des plaintes a été classée.

L'agression sexuelle est définie par le Code pénal espagnol comme une atteinte « à la liberté sexuelle d'autrui en utilisant la violence ou l'intimidation », alors que l'abus sexuel, incluant les attouchements, est défini comme une atteinte au consentement d'autrui sans violence ni intimidation.

Samedi, une Française de 22 ans a porté plainte pour viol. Selon la presse, elle a été violée dans les toilettes d'un stationnement samedi soir. En début de matinée, cinq hommes avaient été écroués pour un autre viol, collectif, qu'ils avaient filmé.

Les autorités ne précisent pas si les deux autres plaintes pour agression sexuelle concernent aussi des viols.

Le maire de Pampelune, Joseba Asiron, a déclaré lundi ressentir « beaucoup de rage » face à ces événements. Mais, a-t-il ajouté, il y a peut-être « un deuxième facteur : désormais les femmes dénoncent » ces faits.

Le soir même, des milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues de Pampelune, arborant des mains en papier rouges où l'on pouvait lire « non c'est non », pour protester contre ces « agressions sexistes », avec le soutien de la mairie.

La mairie dirigée depuis 2015 par la coalition de gauche indépendantiste Bildu, incite les victimes à porter plainte et les gens venus faire la fête à « maintenir une attitude active face à ce type d'agressions ».

Des centaines de milliers de visiteurs affluent à Pampelune pour ces festivités traditionnelles en l'honneur de Saint Firmin, patron de la région de Navarre, qui remontent au Moyen Âge. Elles mêlent processions religieuses, concerts, bals, feux d'artifice, corridas et nuits de « fiesta » jusqu'au 14 juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer