Euro-2016: une application «alerte attentat» pour téléphones

L'utilisateur de l'application SAIP reçoit, dans les 15 minutes... (PHOTO BERTRAND GUAY, AFP)

Agrandir

L'utilisateur de l'application SAIP reçoit, dans les 15 minutes suivant l'alerte déclenchée par la préfecture, une notification du type « Intervention en cours des forces de l'ordre et de secours suite à un attentat. Abritez-vous. Ne vous exposez pas ».

PHOTO BERTRAND GUAY, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Être alerté directement sur son téléphone en cas d'attentat : le gouvernement a lancé mercredi, à l'occasion de l'Euro-2016 de football (10 juin-10 juillet), une application prévenant dans les 15 minutes les populations d'une « crise majeure » de terrorisme.

Baptisée « SAIP » pour Système d'alerte et d'information des populations, cette application est désormais disponible gratuitement en français et en anglais, a annoncé le ministère de l'Intérieur, et complète l'habituel dispositif d'alertes, comme les sirènes ou les consignes des forces de l'ordre.

Elle permet à chacun d'être alerté directement sur son téléphone intelligent, « en cas de suspicion d'attentat ou d'événement exceptionnel » - attaque nucléaire, rupture d'un barrage.

L'utilisateur reçoit, dans les 15 minutes suivant l'alerte déclenchée par la préfecture, une notification du type « Intervention en cours des forces de l'ordre et de secours suite à un attentat. Abritez-vous. Ne vous exposez pas ».

Si l'utilisateur accepte la géolocalisation, dès qu'il entre dans une zone à risque ou s'il est présent au moment de l'attaque, il reçoit une alerte précisant la nature du danger et le comportement à adopter.

On peut également télécharger jusqu'à huit zones géographiques si l'on s'inquiète pour des proches par exemple, a précisé la place Beauvau qui a piloté et présenté le projet.

Outre l'alerte, l'application, dévoilée lors d'un exercice de sécurité mardi soir à Lyon, délivre des conseils pratiques et des consignes à respecter en cas de danger, comme « N'encombrez pas les réseaux de communication » ou encore « Ne téléphonez qu'en cas d'urgence vitale ».

Les messages de sécurité peuvent être partagés sur les réseaux sociaux. « Ce concours citoyen démultiplie la seule capacité de diffusion de la puissance publique », souligne Beauvau.

« Cela peut éviter de saturer le "17" (police secours) », a fait valoir un membre du cabinet du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. « L'alerte permet de tenir vite au courant la population et de lui préciser ce que l'on sait. »

La création de cette « appli » avait été décidée « après un retour d'expérience » des attentats de novembre et annoncée par le premier ministre Manuel Valls. Il avait fixé l'Euro-2016 comme date butoir.

Une version plus complète de l'application, intégrant l'ensemble des autres risques majeurs de sécurité civile (inondation, avalanche, séisme...), est en préparation.

Christian Gravel, « patron » du Service d'information du gouvernement (SIG), a estimé qu'il fallait « acquérir un certain nombre de gestes pour avoir de bons réflexes » et que cette application y participe.

L'application « garantit le respect de la vie privée des utilisateurs », assurent par ailleurs les autorités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer