Le maire musulman de Londres commémore la Shoah

Sadiq Khan serre la main d'un survivant de... (PHOTO AFP)

Agrandir

Sadiq Khan serre la main d'un survivant de l'Holocauste, Harry Fleming, lors d'une cérémonie à Barnet, dans le nord de Londres.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Le nouveau maire musulman de Londres, Sadiq Khan, a rendu hommage aux millions de Juifs tués durant la Shoah à l'occasion de sa première apparition publique après être entré en fonction et a été accueilli en héros par la communauté juive de la capitale britannique.

M. Khan a assisté à la cérémonie dans le nord de Londres à la suite d'une campagne électorale difficile durant laquelle le Parti conservateur a tenté de le dépeindre comme un sympathisant de l'extrémisme islamiste et de mettre en lumière le présumé antisémitisme de certains membres du Parti travailliste, la formation politique à laquelle appartient le maire nouvellement élu.

L'événement annuel appelé Yom HaShoah s'est déroulé dans un stade de rugby en présence de milliers de personnes de la communauté juive de Londres, dont plus de 150 survivants de la Shoah et une chorale formée d'élèves de cinq écoles juives. Sadiq Khan était accompagné du baron Michael Levy, un Juif partisan de longue date du Parti travailliste qui a déjà agi comme principal agent de financement de la formation.

«J'ai été très privilégié et ému de rencontrer des survivants des horreurs inimaginables de la Shoah ainsi que leurs enfants, leurs petits-enfants et même leurs arrière-petits-enfants», a déclaré M. Khan après un bain de foule.

Certains ont raconté avoir participé à la cérémonie spécifiquement pour voir le premier maire musulman de Londres. Plusieurs ont confié avoir été offensés par les propos antisémites attribués à des politiciens travaillistes, mais se sont réjouis de la présence de Sadiq Khan à l'événement.

«Il y a des gens qui ont dit qu'un maire musulman signifierait que nous, les Juifs, devrions tous déménager en Israël, mais je ne pense pas ça du tout, a déclaré Mariam Mendelsohn, une dame âgée de 78 ans. Je pense qu'il sera bon avec tout le monde. Il a l'air d'être un homme très, très gentil. Il a un regard plein de bonté.»

L'ancien maire travailliste de Londres, Ken Livingstone, a été suspendu le mois dernier après avoir affirmé qu'Adolf Hitler avait appuyé le sionisme, dont l'objectif était la création d'un État juif en Palestine.

M. Livingston, qui a occupé la mairie londonienne de 2000 à 2008, a défendu ses propos et promis de se battre contre toute expulsion potentielle du principal parti d'opposition britannique.

Le leader du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, a lancé une enquête indépendante afin d'évaluer l'ampleur de l'antisémitisme dans les rangs de sa formation politique. Traditionnellement, le parti de gauche a manifesté de la sympathie à l'égard des efforts des Palestiniens pour obtenir un État tout en se montrant critique par rapport à Israël.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer