Gorbatchev appelle les Occidentaux à cesser de tenter d'isoler la Russie

«Il est temps pour les Occidentaux d'arrêter d'essayer... (PHOTO ALEXANDER ZEMLIANICHENKO, ARCHIVES AP)

Agrandir

«Il est temps pour les Occidentaux d'arrêter d'essayer de nous isoler», a déclaré Mikhaïl Gorbatchev dans une interview au quotidien gouvernemental Rossiskaïa Gazeta, assurant que «cela ne donnera jamais de résultat».

PHOTO ALEXANDER ZEMLIANICHENKO, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MOSCOU

Le dernier président soviétique Mikhaïl Gorbatchev a appelé jeudi les Occidentaux à cesser de chercher à isoler la Russie et à adopter une «approche plus constructive» à l'égard de Vladimir Poutine.

«Il est temps pour les Occidentaux d'arrêter d'essayer de nous isoler», a déclaré Mikhaïl Gorbatchev dans une interview au quotidien gouvernemental Rossiskaïa Gazeta, assurant que «cela ne donnera jamais de résultat».

Lors de sa séance annuelle de questions-réponses à la télévision il y a une semaine, «Vladimir Poutine a exprimé l'intention de normaliser les relations avec les Occidentaux. Peut-être nos partenaires pourraient-ils adopter une approche plus constructive?», a encore estimé le dernier dirigeant soviétique, aujourd'hui âgé de 85 ans. «C'est à cela que j'appelle», a-t-il poursuivi.

Assurant que le rôle de la Russie sur la scène internationale «peut et doit être important et positif», M. Gorbatchev a prévenu que personne ne devait s'attendre à ce que, même en période de difficultés économiques, «la Russie joue un rôle secondaire».

Mikhaïl Gorbatchev, père des réformes politiques et économiques qui ont précipité la chute de l'URSS il y a près de 25 ans, a toutefois salué la coopération entre les États-Unis et la Russie sur le conflit syrien, qui «a déjà mené à une baisse des tensions entre les Occidentaux et la Russie».

«Si cette tendance continue, il faudra l'étendre à d'autres sphères de coopération», a-t-il déclaré, citant le conflit ukrainien qui ne «doit pas être abandonné (...), l'Europe ne pouvant supporter un autre "conflit gelé"».

Les relations entre Occidentaux et Russes connaissent un accès de tension inédit depuis la fin de la guerre froide après l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée en mars 2014 et le conflit armé dans l'est de l'Ukraine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer