France: déjà 10 candidats pour la présidentielle de 2017

Des affiches électorales des deux principaux candidats de... (PHOTO PHILIPPE HUGUEN, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Des affiches électorales des deux principaux candidats de la course à l'Élysée en 2012: le président sortant Nicholas Sarkozy (à gauche) et son successeur François Hollande.

PHOTO PHILIPPE HUGUEN, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

La présidentielle de 2017 en France rassemble déjà dix candidats déclarée, dont plus de la moitié étaient déjà en lice lors du dernier scrutin de 2012 au risque d'alimenter le ras-le-bol des Français qui réclament du renouvellement.

Avant même que le parti de droite Les Républicains (opposition) et le Parti socialiste au pouvoir n'aient désigné leurs représentants, ou que François Hollande et Nicolas Sarkozy n'aient fait connaître leurs intentions, le «casting» pour l'an prochain ressemble beaucoup à celui de 2012.

Les dates envisagées pour le scrutin sont le 23 avril pour le premier tour et le 7 mai pour le second.

Sur dix candidats actuellement déclarés, six l'étaient déjà il y a cinq ans : Marine Le Pen, présidente du parti d'extrême droite Front national, 47 ans, Jean-Luc Mélenchon (gauche radicale, 64 ans), Nathalie Arthaud (extrême gauche, 46 ans), Nicolas Dupont-Aignan (droite souverainiste, 55 ans), Philippe Poutou (extrême gauche, 49 ans) et Jacques Cheminade, 74 ans, dernier en date à s'être dévoilé ce lundi et qui se présente comme un candidat anti-système.

Un septième postulant, l'écologiste Antoine Waechter (67 ans) était déjà en course il y a près de 30 ans, en 1988. Seuls trois des candidats pour l'année prochaine, un député centriste, Jean Lassalle, 60 ans, un maire, Paul Mumbach, 64 ans, et Bastien Faudot (gauche souverainiste), 37 ans, font figure de «petits nouveaux».

Pour être officiellement candidats, les prétendants doivent réunir 500 parrainages d'élus. Un texte législatif en discussion prévoit la publication intégrale de la liste des élus parrainant un candidat, au lieu d'un extrait de 500 noms tirés au sort. Une publicité qui pourrait dissuader des élus de soutenir des petits candidats, ce qu'ils pouvaient faire discrètement auparavant.

Pour Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'institut de sondages IFOP, un «casting» «trop proche de celui de 2012» pourrait «fabriquer de l'abstention».

Élection phare de la vie politique française, la présidentielle suscite toujours de multiples candidatures: dix candidats en 2012, 12 en 2007 et 16 en 2002. En 2012, cinq des dix candidats avaient rassemblé un total de 6 % des voix à eux tous.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer