Mort de « Benigno », un des derniers compagnons du Che

Dariel Alarcon Ramirez, dit « Benigno » est l'auteur de... (PHOTO JOEL ROBINE, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Dariel Alarcon Ramirez, dit « Benigno » est l'auteur de Vie et mort de la révolution cubaine, une sévère critique du régime de Fidel Castro.

PHOTO JOEL ROBINE, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

L'un des derniers survivants parmi les compagnons de combat de Che Guevara, l'exilé cubain Dariel Alarcon Ramirez, dit «Benigno», est mort jeudi à l'âge de 76 ans près de Paris, a indiqué un biographe du célèbre révolutionnaire marxiste.

L'un des derniers survivants parmi les compagnons de combat de Che Guevara, l'exilé cubain Dariel Alarcon Ramirez, dit « Benigno », est mort jeudi à l'âge de 76 ans près de Paris, a indiqué un biographe du célèbre révolutionnaire marxiste.

« Il est mort ce matin à l'hôpital de Villejuif (sud de Paris, ndlr) d'un cancer généralisé. Il avait 76 ans », a annoncé à l'AFP par téléphone Jean Cormier, qui dit avoir été averti « par sa femme ».

Exilé en France depuis 1994, ce colonel à la retraite du ministère de l'Intérieur a ensuite été l'auteur de Vie et mort de la révolution cubaine, une sévère critique du régime de Fidel Castro, dont il fut longtemps un fidèle avant de s'éloigner d'une façon irréversible.

« Benigno était "guajiro", c'est-à-dire paysan » quand il a embrassé la révolution cubaine, a encore expliqué le biographe. « Il avait 17 ans et les troupes de Batista (le président cubain chassé par Fidel Castro en 1959, ndlr) ont violé et brûlé sa jeune compagne, une gamine de 15 ans », affirme-t-il.

« Il était très proche du Che », a encore dit M. Cormier, selon qui Ernesto Rafael Guevara « lui a appris à écrire personnellement », car il « donnait des cours à ses guérilleros dans les bivouacs le soir ».

Benigno a passé « dix ans au combat, côte à côte », avec l'illustre révolutionnaire, notamment en Bolivie, où ce dernier fut tué le 9 octobre 1967. Benigno fut l'un des six survivants, parmi la douzaine de guérilleros, de l'embuscade tendue par les forces boliviennes.

Pendant cinq mois, ces survivants traversèrent à pied les Andes, poursuivis par les forces boliviennes, avant de parvenir au Chili où ils reçurent la protection de Salvador Allende, alors sénateur, avant de regagner Cuba en mars 1968 via Pâques, Tahiti, Nouméa, Paris et Moscou. Un épisode relaté par cette figure de la révolution dans son livre Benigno, dernier compagnon du Che (2006).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer