Benoît XVI «en train de s'éteindre lentement»

Benoît XVI «est serein, en paix avec Dieu, avec... (PHOTO GABRIEL BOUYS, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Benoît XVI «est serein, en paix avec Dieu, avec lui-même et avec le monde», selon son secrétaire.

PHOTO GABRIEL BOUYS, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CITÉ DU VATICAN

Benoît XVI «est en train de s'éteindre comme une bougie, lentement et sereinement», a confié jeudi le secrétaire particulier du pape émérite, Mgr Georg Gänswein, mais le Vatican a assuré aussitôt qu'il «n'y avait aucune aggravation» de son état.

Joseph Ratzinger est «un homme âgé, certes, mais très lucide. (...) Au mois d'avril, il fêtera ses 89 ans. Il est comme une bougie qui s'éteint, lentement et sereinement, comme cela arrive à beaucoup d'entre nous», affirme Mgr Gänswein dans une interview à la revue italienne BenEssere, parue jeudi.

Le pape émérite «est serein, en paix avec Dieu, avec lui-même et avec le monde. Il s'intéresse à tout et garde son humour fin et subtil», poursuit le prélat allemand, qui réside avec Benoît XVI dans l'ancien monastère Mater Ecclesiae au Vatican et travaille également auprès de François, dont il est chargé d'organiser l'emploi du temps.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi, a mis en garde contre toute interprétation alarmiste des propos de Mgr Gänswein: «Il n'y a aucun type de préoccupation particulière, aucune nouveauté. Il n'y a pas de risque spécial ou d'aggravation de son état de santé».

«Mais chacun peut voir qu'il devient plus fragile avec le temps (...), il est clairement en train de perdre des forces», a-t-il ajouté.

Le pape émérite, qui a démissionné en février 2013, partage son temps entre la lecture, la prière, le piano et quelques visites. Il entretient de bons rapports avec son successeur, qui le définit comme «un grand-père à la maison» dont il aime écouter les conseils.

Dans un entretien remarqué au jésuite Jacques Servais, accordé en octobre mais publié en mars, le théologien Ratzinger a apporté un appui remarqué à François pour la place «toujours plus centrale et dominante» qu'il accorde au thème de la miséricorde à l'égard des personnes blessées.

Ces propos ont été largement interprétés comme une expression de soutien explicite à François de la part d'un pape considéré comme plus conservateur et rigoriste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer