Quatre islamistes arrêtés en région parisienne

Les quatre personnes arrêtées sont en cours d'interrogatoire... (PHOTO LIONEL BONAVENTURE, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Les quatre personnes arrêtées sont en cours d'interrogatoire au siège des services du renseignement intérieur français, près de Paris.

PHOTO LIONEL BONAVENTURE, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

Les autorités françaises ont arrêté mercredi en région parisienne quatre islamistes présumés, dont l'un soupçonné de préparer «des actions violentes» dans le pays, un coup de filet qui a amené le président François Hollande à appeler à «la plus grande vigilance».

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'est toutefois employé à minimiser la menace d'un attentat «imminent» en France, au lendemain de l'opération antiterroriste menée à Bruxelles en lien avec les attaques djihadistes du 13 novembre à Paris.

Les suspects, trois hommes et une femme fichés pour radicalisation, ont été interpellés en début de journée dans deux arrondissements parisiens et dans la banlieue nord de la capitale, d'après des sources policières et judiciaire.

Tous quatre étaient en cours d'interrogatoire au siège de la DGSI, les services du renseignement intérieur français, à Levallois-Perret, près de Paris. Leur garde à vue peut se prolonger jusqu'à 96 heures.

Ils ont été arrêtés à l'issue d'une enquête ouverte par le parquet de Paris le 17 février et confiée à la DGSI, d'après la source judiciaire.

Au sein des quatre interpellés, un était particulièrement visé. «Nous avons eu, concernant un individu qui avait été incarcéré, des informations selon lesquelles il pourrait se livrer à des actions violentes en France», a expliqué Bernard Cazeneuve en fin d'après-midi devant des journalistes.

Selon le ministre de l'Intérieur, «cet individu aurait pu être en relation avec des individus en Syrie appartenant à l'État islamique», l'organisation djihadiste qui a revendiqué les attentats parisiens du 13 novembre.

D'après une source proche du dossier, cet homme était connu des services de sécurité. Il avait été condamné en mars 2014 à cinq ans de prison dont un avec sursis pour avoir voulu partir avec deux autres personnes faire le djihad en Syrie. Libéré de prison en octobre 2015, il avait été assigné à résidence dans le cadre de l'état d'urgence instauré après les attentats de novembre.

Parmi les trois autres personnes également interpellées mercredi figure sa compagne.

74 arrestations depuis début 2016

En réponse aux allégations de plusieurs médias, Bernard Cazeneuve a appelé à «être extrêmement prudent quant aux informations qui sont véhiculées sur l'imminence d'une action violente», indiquant que «des vérifications sont en cours». Il a précisé que les autorités procédaient «tous les jours à des arrestations de cette nature».

Selon la source judiciaire, aucune arme n'a été retrouvée lors des perquisitions, mais les enquêteurs ont mis la main en revanche sur «une cartouche de kalachnikov non percutée, du matériel informatique et des supports numériques» qui «ont été saisis et doivent être analysés».

«On ne peut parler à ce stade de projet imminent d'attentat», a insisté une des sources policières. Il n'y a pas «d'éléments matériels» en ce sens, a précisé une autre.

Interrogé après l'annonce des interpellations, le président Hollande a appelé de son côté à «la plus grande vigilance».

«Le niveau de la menace reste très élevé. On l'a vu encore ces dernières heures à Bruxelles. On peut le voir avec ces arrestations. Nous devons avoir la plus grande vigilance», a-t-il déclaré.

«Nous savons que nous sommes visés. Ce qui s'est produit en Côte d'Ivoire, c'était aussi la France qui était la cible», a souligné le chef de l'État, évoquant aussi l'attaque qui a fait 19 morts, dont quatre Français, dimanche à Grand-Bassam, à l'est d'Abidjan.

«On est dans un moment extrêmement sensible», a-t-on souligné dans l'entourage du chef de l'État. «On a des indications sur des individus. Ils se préparent, ils cherchent la cible. Ils sont très présents en France et à côté de la France.»

Selon les autorités, de nombreux projets d'attentats ont été déjoués depuis l'an dernier. Bernard Cazeneuve a fait état mercredi de 74 arrestations de suspects depuis le début de l'année, qui ont débouché sur 37 inculpations et 28 placements en détention provisioire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer