Des milliers de manifestants défilent contre les armes nucléaires à Londres

Des milliers de manifestants se sont donné rendez-vous... (PHOTO NIKLAS HALLE'N, AFP)

Agrandir

Des milliers de manifestants se sont donné rendez-vous samedi, à Londres, pour protester contre le renouvellement du programme de dissuasion nucléaire du gouvernement.

PHOTO NIKLAS HALLE'N, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont défilé samedi à Londres pour protester contre le renouvellement du programme de dissuasion nucléaire britannique Trident, voulu par le gouvernement conservateur.

L'un des organisateurs, l'ONG «Campaign for Nuclear Disarmament» a annoncé que 60 000 personnes s'étaient rassemblées à Trafalgar Square, le point d'arrivée du défilé à travers le centre de la capitale.

La police n'a, elle, pas voulu communiquer de chiffre sur cette manifestation considérée comme «la plus importante en une génération» par les militants anti-nucléaire.

La première ministre de l'Écosse, Nicola Sturgeon, et le leader de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, ont dénoncé à la tribune un programme «immoral».

Caroline Lucas, l'ancienne leader du parti vert, a évoqué «une relique de la guerre froide».

Une décision doit être prise cette année sur le remplacement des quatre sous-marins nucléaires Trident, pour un coût d'au moins 31 milliards de livres (57 milliards de dollars).

Le gouvernement de David Cameron est favorable au renouvellement de cette flotte nucléaire vieillissante, basée à Faslane, dans l'ouest de l'Écosse, soulignant qu'elle était vitale pour la sécurité du pays.

Il veut remplacer les quatre sous-marins, dont un est toujours en mission quelque part dans le monde, 24 heures sur 24, par des submersibles «Successor» pour une entrée en service au début des années 2030.

«Désarmer en ce moment reviendrait à jouer avec notre sécurité nationale un jeu qui serait irresponsable et qui profiterait à nos ennemis», a souligné Philip Dunne, secrétaire d'État à la Défense, avant la manifestation.

Le parti travailliste est lui profondément divisé sur ce dossier. Son chef de file, le pacifiste Jeremy Corbyn, veut abolir le programme. «Je suis ici aujourd'hui parce que je crois dans un avenir sans nucléaire», a-t-il dit samedi.

Mais cette position est loin de faire l'unanimité au sein de son parti.

Le Parti national écossais SNP est, lui, davantage uni dans son opposition, comme l'a rappelé Nicola Sturgeon. «Le non-nucléaire est devenu la norme et posséder des armes nucléaires une exception», a-t-elle insisté.

Les manifestants brandissaient des posters sur lesquels on pouvait lire des slogans tels que «des livres, pas des bombes» ou «des bus plutôt que du nucléaire».

«Les armes nucléaires sont dépassées, une manière datée de considérer la guerre. Nous jetons littéralement de l'argent par la fenêtre pour des jouets», a déclaré Owen Black, venu du sud de Londres, à l'AFP-TV.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer