GB: 40 ans après sa disparition, le mystérieux Lord Lucan déclaré mort

Lord Lucan en 1963.... (PHOTO ARCHIVES KEYSTONE/GETTY IMAGES)

Agrandir

Lord Lucan en 1963.

PHOTO ARCHIVES KEYSTONE/GETTY IMAGES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
James PHEBY
Agence France-Presse
LONDRES

L'affaire a tenu en haleine le Royaume-Uni depuis plus de 40 ans: Lord Lucan, suspecté d'avoir sauvagement assassiné la nounou de ses enfants en 1974 avant de se volatiliser, a été officiellement déclaré mort par la justice britannique mercredi.

La Haute Cour de Londres a répondu favorablement... (PHOTO JUSTIN TALLIS, AFP) - image 1.0

Agrandir

La Haute Cour de Londres a répondu favorablement à la demande de George Bingham, le fils du 7e comte de Lucan.

PHOTO JUSTIN TALLIS, AFP

La Haute Cour de Londres a répondu favorablement à la demande de George Bingham, le fils du 7e comte de Lucan. «L'affaire est claire, le tribunal doit rendre la déclaration» de décès, a déclaré la juge, Sarah Asplin.

«Je suis soulagé, c'est un verdict très juste», a souligné devant la presse son fils George, 48 ans, désormais comte et 8e lord Lucan. Il va enfin pouvoir siéger à la place de son père à la chambre des Lords.

«Notre famille ignore comment notre père est mort, s'il a péri de sa main ou de celle d'autres. C'est un mystère et cela pourrait le rester pour toujours», a-t-il ajouté.

Près de 42 ans après sa disparition, les circonstances du décès présumé de Richard John Bingham restent en effet un mystère. S'est-il suicidé? A-t-il fui à l'étranger?

Certains sont convaincus qu'il s'est noyé dans la Manche. D'autres assurent l'avoir aperçu en Afrique du Sud, en Colombie ou en Nouvelle-Zélande. En vérité, personne ne semble savoir ce qu'il est advenu de cet aristocrate haut en couleur, passionné par le jeu.

Les derniers à l'avoir vu sont un couple d'amis, chez lesquels il a débarqué dans la nuit du 7 novembre 1974. Sur place, il a écrit deux lettres à son beau-frère dans lesquelles il clame son innocence et laisse des instructions pour régler ses créanciers.

On retrouvera seulement sa voiture, maculée de sang, près de la côte, au sud de l'Angleterre.

Quelques heures plus tôt, Sandra Rivett, la nounou de ses trois enfants, a été sauvagement tuée au domicile que Lord Lucan partageait, avant leur rupture, avec son épouse Veronica, dans le quartier chic de Belgravia à Londres.

Veronica elle-même a été agressée par le meurtrier dont elle affirme avoir reconnu la voix, celle de son mari. L'enquête et un tribunal ont conclu à la culpabilité de Lord Lucan. Les détectives pensent qu'il a tué la nounou par erreur et qu'il avait en fait voulu assassiner son épouse pour récupérer la garde des enfants.

Fosse aux tigres

Depuis, les spéculations vont bon train. La semaine dernière encore, un des anciens partenaires de jeu de Lord Lucan a assuré qu'il s'était suicidé. Et que sa dépouille avait été jetée dans la fosse aux tigres d'un zoo pour empêcher que son décès soit acté et que Veronica puisse toucher l'héritage.

Son fils George avait finalement lancé une procédure juridique en octobre dernier pour tenter de «mettre un point final» à cette histoire qui continue à le hanter nuit et jour.

Le verdict lui permet de «passer à autre chose», a-t-il dit mercredi.

Mais Neil Berriman, le fils biologique de la nounou assassinée, s'était dit «choqué» par cette initiative.

«Je trouve que c'est égoïste de sa part de vouloir tirer un trait sur cette histoire en oubliant tout le reste. Pour moi, ce sera fini quand on connaîtra la vérité sur Sandra et si c'est Lord Lucan qui a commis le meurtre», a expliqué Neil Berriman mardi à l'AFP.

Il a découvert il y a huit ans seulement, à la mort de sa mère adoptive, qu'il était le fils de Sandra Rivett.

Mercredi, il a mentionné l'existence d'un document interne de la police indiquant que Lord Lucan était «peut-être vivant en 2002» et a accusé «certaines personnes de rétention de preuves».

«Peut-être que la police en sait plus qu'elle n'en dit», a ajouté Neil Berriman, qui pense que Lord Lucan s'est réfugié en Afrique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer