Grèce : un signe de paix géant fait de vestes de sauvetage des migrants

Des volontaires provenant de différentes organisations non gouvernementales... (PHOTO GIORGOS MOUTAFIS, REUTERS)

Agrandir

Des volontaires provenant de différentes organisations non gouvernementales ont arrangé plus de 2500 vestes de sauvetages abandonnées par des migrants en un signe de paix, sur l'île grecque de Lesbos.

PHOTO GIORGOS MOUTAFIS, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis 2015 des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
ATHÈNES

Un immense signe de la paix a été formé sur une colline de l'île grecque de Lesbos avec les gilets de sauvetage de milliers de migrants ayant traversé l'an dernier la mer Égée, au péril de leur vie, dans l'espoir d'une vie meilleure en Europe.

L'opération, menée par Médecins sans frontière et Greenpeace dans l'île de l'est de la mer Égée en coopération avec d'autres organisations telles Sea Watch et le groupe local Starfish, a permis « de créer le signe de la paix pour le jour du Nouvel An afin d'apporter en 2016 un message de paix », a expliqué Greenpeace sur son site.

Environ 100 volontaires ont récupéré vendredi des gilets de sauvetage près du village de Molyvos sur une montagne de gilets portés par près de 500 000 migrants ayant traversé la mer Égée, des côtes turques jusqu'à l'île de Lesbos.

L'immense signe orange, qui se voit depuis la mer séparant la Turquie de Lesbos, comprend aussi les gilets de sauvetage de ceux qui sont morts dans la traversée.

Plus d'un million de migrants ont trouvé refuge en Europe en 2015, de nombreux d'entre eux fuyant la guerre et la misère en Syrie, Afghanistan, Irak ou Érythrée. Quatre migrants sur cinq ont transité par les îles de l'est de la mer Égée.

Après l'afflux considérable de migrants au cours de l'été, le mouvement s'est ralenti à l'automne, mais en décembre plus de 100 000 personnes ont fait la traversée vers les îles grecques « bravant la mer et les tempêtes en plein hiver dans des bateaux de fortune surchargés » selon Greenpeace.

L'artiste plasticien dissident chinois Ai Weiwei a annoncé vendredi un projet de mémorial sur l'île de Lesbos pour les migrants.

« Beaucoup de gens ont perdu la vie en mer (...) nous avons besoin d'un mémorial, à dit Ai à l'AFP après une conférence de presse sur son projet.

« J'ai déjà installé un studio à Lesbos. Nous allons monter différents projets cette année », a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer