Une salle de prière musulmane saccagée en Corse, en France

La salle vandalisée de la salle de prière... (Photo Pierre-Antoine FOURNIL, AFP)

Agrandir

La salle vandalisée de la salle de prière d'Ajaccio. Les saccageurs ont mis le feu à des exemplaires du Coran, vendredi.

Photo Pierre-Antoine FOURNIL, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jeanne COLONNA
Agence France-Presse
Ajaccio

Salle de prière musulmane saccagée, exemplaires du Coran brûlés, slogans anti-arabes dans l'île méditerranéenne de Corse : le gouvernement français a dénoncé vendredi soir une « profanation inacceptable » aux « relents de racisme et de xénophobie ».

En fin de journée, quelque 250 à 300 manifestants avaient envahi une cité populaire d'Ajaccio, théâtre de violentes échauffourées la nuit précédente au cours desquelles deux pompiers avaient été blessés, a constaté une correspondante de l'AFP.

Parmi ces manifestants, un petit groupe s'est détaché pour saccager une salle de prière musulmane. Ils ont tenté de mettre le feu - n'y parvenant que partiellement - à de nombreux livres, dont des exemplaires du Coran, a-t-on appris auprès de la police et de la préfecture.

« Après l'agression intolérable de pompiers, profanation inacceptable d'un lieu de prière musulman. Respect de la loi républicaine », a réagi le premier ministre Manuel Valls, sur Twitter.

« Ces exactions intolérables, aux relents de racisme et de xénophobie, ne sauraient rester impunies tant elles portent atteinte aux valeurs mêmes de la République », a de son côté déclaré le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

L'Observatoire national contre l'islamophobie du Conseil français du culte musulman (CFCM) a « condamné avec force » une agression « qui se déroule en un jour de prière pour les musulmans et pour les chrétiens », puisque cette année Noël tombait juste après le Mouled, la fête musulmane qui commémore la naissance du prophète Mahomet.

« Nous sommes absolument consternés et attristés », a de son côté réagi Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, sur la chaîne d'info française BFMTV, en lançant un appel au « calme, au sang-froid et à l'apaisement ».

Dans l'après-midi, quelque 600 personnes s'étaient d'abord rassemblées dans le calme à Ajaccio, en signe de soutien aux deux pompiers et au policier blessés la veille au soir, dans ce que les autorités ont qualifié de « guet-apens » commis par « de nombreux jeunes encagoulés ».

Vers 0 h 30, un incendie avait été « volontairement allumé pour attirer les forces de l'ordre et les pompiers dans un guet-apens en leur jetant des projectiles et en s'en prenant directement » à eux, a expliqué le sous-préfet François Lalanne.

Deux pompiers ont été « sérieusement » blessés par des éclats de verre après des « agressions physiques » au cours desquelles des vitres de leur véhicule d'intervention ont été brisées. L'intervention des forces de l'ordre, au cours de laquelle un policier a à son tour été « légèrement » blessé, a duré jusqu'à près de 3 heures du matin.

« Arabi fora!»

Le lendemain, vendredi, sur les quelque 600 manifestants dénonçant ces violences devant la préfecture, quelque 250 à 300 décident alors de monter jusqu'aux Jardins de l'Empereur, où se sont déroulées les violences, sur les hauteurs de la ville.

Scandant pour certains « Arabi fora (les Arabes dehors, ndlr)! » ou « On est chez nous! », dans une ambiance particulièrement tendue et malgré la présence de policiers tentant de maintenir de calme, ils ont affirmé vouloir identifier et retrouver les auteurs de l'agression de la veille. La cité s'est vidée, ses habitants restant cloîtrés chez eux.

C'est là qu'un groupe s'est échappé pour saccager la salle de prière musulmane.

Le préfet de Corse Christophe Mirmand a déclaré que « tous les moyens » étaient mis en oeuvre pour retrouver les auteurs des violences de jeudi soir contre les pompiers. Il a ajouté que les « menaces de ce soir (vendredi soir, ndlr) n'étaient pas acceptables ».

Dans la foulée des élections régionales mi-décembre, marquées ailleurs en France par une poussée du Front national (extrême droite) au premier tour, un binôme nationaliste a pris pour la première fois les commandes de la région corse.

La France reste en état d'urgence, depuis les attentats jihadistes du 13 novembre à Paris qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés.

Les autorités françaises sont particulièrement vigilantes sur la période des fêtes de fin d'année. Environ 120 000 policiers, gendarmes et militaires étaient mobilisés jeudi et vendredi pour les célébrations de Noël.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer