Une pétition pour empêcher l'entrée de Donald Trump au Royaume-Uni

Une pétition a également été lancée sur le... (PHOTO ANDREW HARNIK, ARCHIVES AP)

Agrandir

Une pétition a également été lancée sur le site 38 Degrees pour retirer à Donald Trump, propriétaire de deux terrains de golf en Écosse et dont la mère était écossaise, un doctorat honorifique reçu en 2010 de l'université écossaise de Robert Gorbon (RGU) d'Aberdeen. Mercredi midi, cette pétition avait recueilli plus de 20 000 signatures.

PHOTO ANDREW HARNIK, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Une pétition sur le site du Parlement britannique appelant à empêcher l'entrée du milliardaire américain Donald Trump au Royaume-Uni, après ses déclarations sur les musulmans et sur la radicalisation selon lui de quartiers de Londres et Paris, a dépassé les 100 000 signatures mercredi midi.

«Les signataires estiment que Donald J. Trump devrait être interdit d'entrée au Royaume-Uni», selon le texte de la pétition lancée mardi en fin d'après midi.

Le franchissement de la barre des 100 000 signatures signifie qu'elle peut être soumise au débat aux députés de Westminster. Vers 13 h GMT (8 h à Montréal), le compteur affichait même 120 000 signatures.

Les propos mardi du candidat à la Maison-Blanche, réclamant de barrer l'entrée des musulmans aux États-Unis, ont été condamnés de par le monde. Donald Trump a également suscité la polémique avec ses déclarations sur Paris et Londres.

«Regardez ce qui s'est passé à Paris, l'horrible carnage (...). Il existe des zones à Paris qui sont radicalisées, où les policiers refusent d'aller. Ils sont pétrifiés», a-t-il déclaré.

«Nous avons des zones à Londres et dans d'autres endroits qui sont si radicalisées que les policiers craignent pour leur propre vie», a-t-il ajouté.

«Les policiers londoniens font du très bon boulot. Et ils ont de très bonnes relations avec les musulmans britanniques, qui ont énormément contribué à notre pays», a réagi mercredi le ministre britannique des Finances, George Osborne, devant le Parlement.

«Franchement, les commentaires de Donald Trump vont à l'encontre des principes fondateurs des États-Unis», a-t-il ajouté. «Je crois que la meilleure façon de répondre à de telles stupidités est d'avoir un débat démocratique et de lui dire très clairement que ses opinions ne sont pas les bienvenues.»

Le maire de Londres, Boris Johnson, avait qualifié mardi les propos de Donald Trump d'«idiotie totale». «La seule raison pour laquelle j'éviterais certains quartiers de New York est le risque réel d'y tomber sur Donald Trump», avait-il ironisé.

«Tout candidat à l'élection présidentielle aux États-Unis est le bienvenu pour être breffé par la Metropolitan Police sur la réalité du maintien de l'ordre à Londres», a de son côté indiqué la police de Londres, jugeant que M. Trump «a complètement tort».

Trump perd un doctorat honorifique

L'université écossaise Robert Gorbon (RGU) d'Aberdeen a annoncé mercredi qu'elle retirait à Donald Trump le doctorat honorifique qu'elle lui avait décerné, jugeant les déclarations du milliardaire américain «incompatibles» avec ses propres valeurs.

«Dans le cadre de la campagne électorale américaine, M. Trump a fait un certain nombre de déclarations entièrement incompatibles avec l'esprit et les valeurs de l'université», a déclaré un porte-parole de la RGU.

«En conséquence, l'université a décidé de lui retirer son doctorat honorifique», a-t-il ajouté.

M. Trump, propriétaire de deux terrains de golf en Écosse et dont la mère était écossaise, était docteur honoraire de l'université depuis 2010.

Dans la journée, une pétition lancée sur le site 38 Degrees pour que cette distinction lui soit retirée avait recueilli plus de 70 000 signatures.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer