Poutine accuse la Turquie de protéger le trafic de pétrole de l'EI

Le président russe Vladimir Poutine au Bourget, en... (PHOTO AFP)

Agrandir

Le président russe Vladimir Poutine au Bourget, en banlieue parisienne, pour l'ouverture de la COP21, le 30 novembre.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cécile FEUILLATRE, Maxime POPOV
Agence France-Presse
Le Bourget et Moscou

Vladimir Poutine a accusé lundi la Turquie de couvrir le trafic de pétrole auquel se livre l'organisation État islamique (EI) en Syrie, ce qu'a fermement démenti le président turc Recep Tayyip Erdogan, sur fond d'escalade des tensions après la destruction d'un avion russe.

Ces accusations interviennent alors Ankara s'apprête à subir les sanctions économiques décrétées par Moscou après la destruction la semaine dernière d'un bombardier russe, abattu par l'aviation turque près de la frontière syrienne, qui a provoqué une grave crise dans les relations entre les deux pays, autrefois partenaires privilégiés.

«Nous avons toutes les raisons de penser que la décision d'abattre notre avion a été dictée par la volonté de protéger ces chemins d'acheminement de pétrole vers le territoire turc, justement vers ces ports depuis lesquels il est chargé sur des navires-citernes», a lancé M. Poutine lors d'une conférence de presse en marge de la COP21.

Le président russe a affirmé que le pétrole produit par l'EI, qui représente l'une des principales sources de financement du groupe djihadiste, était «acheminé massivement, de manière industrielle, vers la Turquie».

Des accusations balayées par l'homme fort d'Ankara, également présent à Paris, qui a souhaité s'entretenir lundi avec son homologue russe en marge de la COP21 mais s'est heurté au refus de ce dernier.

«Si (les accusations de M. Poutine) étaient prouvées, la dignité de notre nation imposerait que je quitte mes fonctions», a déclaré M. Erdogan cité lundi soir par l'agence gouvernementale turque Anatolie, assurant que la Turquie effectue toutes ses importations énergétiques «par voie légale».

«Nous ne sommes pas malhonnêtes au point de procéder à ce genre de commerce avec des groupes terroristes. Tout le monde doit le savoir», a renchéri M. Erdogan.

Les tensions entre Moscou et Ankara mettent à mal le projet de coalition unique en Syrie portée par le président français François Hollande, qui s'est rendu jeudi à Moscou pour défendre cette idée auprès de M. Poutine.

«Nous défendrons toujours (l'idée d'une coalition élargie), mais nous n'y arriverons pas tant que certains utiliseront des groupes terroristes pour servir leurs intérêts politiques à court terme», a estimé lundi le président russe.

Ankara refuse de son côté de s'excuser et maintient avoir agi légitimement pour protéger son espace aérien.

Sanctions économiques 

Parallèlement, les autorités russes ont accéléré les représailles contre Ankara: elles ont détaillé lundi les sanctions économiques décrétées contre la Turquie, dont l'ampleur devrait être limitée mais l'impact réel.

L'embargo que la Russie compte imposer à la Turquie sera limité aux fruits et légumes mais pourra être élargi, ces premières mesures ne constituant qu'un «premier pas», selon deux responsables gouvernementaux russes.

Selon les experts, la Turquie devrait surtout souffrir des restrictions imposées au secteur touristique, les mesures du gouvernement prévoyant l'interdiction de tous les vols charter entre les deux pays.

Rétablissement du régime des visas et interdiction pour les employeurs russes d'embaucher des Turcs seront aussi appliqués à partir du 1er janvier 2016.

Après avoir annoncé un renforcement de ses défenses anti-aériennes la semaine dernière, la Russie a par ailleurs prévenu lundi que ses bombardiers tactiques opérant au-dessus de la Syrie seront désormais équipés de missiles air-air.

Le président américain Barack Obama a appelé au Bourget à une «désescalade» entre Moscou et Ankara, lors d'un entretien à huis clos avec son homologue russe, selon un haut responsable de la Maison-Blanche.

Le secrétaire général de l'Otan a également appelé au «calme», tout en soulignant que la défense de son espace aérien était «le droit souverain de la Turquie».

La dépouille du pilote rapatriée 

Loin de l'activité diplomatique de Paris, le corps du lieutenant-colonel Oleg Pechkov, le pilote du Soukhoï Su-24 abattu, a été rapatrié lundi de Turquie en Russie.

Sa dépouille, remise aux autorités turques, avait été transférée dimanche de la région frontalière de Hatay (sud) jusqu'à Ankara, où une cérémonie s'était déroulée en présence de représentants russes.

Le lieutenant-colonel de 45 ans avait été tué alors qu'il retombait en parachute après s'être éjecté. Son navigateur, le capitaine Konstantin Mourakhtine, avait lui été secouru à l'issue d'une opération des forces spéciales russes et syriennes. Une première tentative de sauvetage avait coûté la vie à un soldat d'infanterie de marine russe.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer