Un proche de Poutine retrouvé mort dans un hôtel de Washington

Mikhail Lesin, ici en 2002, ancien ministre russe de... (Photo Alexander Natruskin, archives REUTERS)

Agrandir

Mikhail Lesin, ici en 2002, ancien ministre russe de la Communication, est accusé par l'opposition d'avoir muselé les médias en Russie.

Photo Alexander Natruskin, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un millionnaire proche du président russe Vladimir Poutine a été retrouvé mort dans un hôtel de la capitale américaine Washington, a rapporté vendredi soir la chaîne ABC News, citant un responsable russe et un responsable américain.

L'ancien ministre russe de la Communication Mikhail Lesin, accusé par l'opposition d'avoir muselé les médias en Russie, a été retrouvé mort à l'hôtel The Dupont Circle, où il a été découvert jeudi.

Les autorités américaines ont signalé ce décès à l'ambassade de Russie à Washington. Les autorités des deux pays essaient de déterminer les circonstances de sa mort.

La police de Washington DC a seulement indiqué à l'AFP qu'un décès signalé jeudi et survenu au 1500 New Hampshire Avenue NW, où se trouve notamment l'hôtel The Dupont Circle, faisait « l'objet d'une enquête ».

M. Lesin aurait contribué à la fondation de Russia Today (RT), un groupe de médias en langue anglaise soutenu par le gouvernement russe, qui affirme vouloir « donner une perspective alternative aux grands événements mondiaux » avec « un point de vue russe ».

Le sénateur républicain du Mississippi (sud) Roger Wicker avait réclamé en juillet 2014 une enquête fédérale sur ce responsable pour savoir s'il ne blanchissait pas de l'argent aux États-Unis ou s'il n'était pas en contact avec des personnes visées par des sanctions américaines.

M. Lesin a été ministre russe de la Communication entre 1999 et 2004 puis conseiller de Vladimir Poutine pour la création de Russia Today, et directeur général de la holding médias du géant pétrolier russe Gazprom, selon le sénateur.

Il aurait acquis pour plusieurs millions de dollars des biens en Europe, ainsi que plusieurs résidences à Los Angeles (ouest des États-Unis) pour plus de 28 millions de dollars.

« Qu'un fonctionnaire russe ait pu amasser des biens aussi importants pose de graves questions », avait estimé l'élu américain, dans une lettre au ministre américain de la Justice de l'époque, Eric Holder, datée du 29 juillet 2014.

Ce drame survient dans un contexte de relations particulièrement tendues entre Moscou et Washington.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer