La Suède dénonce des menaces de Moscou

La ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström.... (PHOTO VIRGINIA MAYO, AP)

Agrandir

La ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström.

PHOTO VIRGINIA MAYO, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
STOCKHOLM

Le ministère suédois des Affaires étrangères a convoqué vendredi l'ambassadeur de Russie après les déclarations d'une porte-parole de la diplomatie russe menaçant Stockholm de «représailles» en cas d'adhésion de la Suède à l'OTAN.

Viktor Tatarintsev «s'est rendu au ministère dans la journée. La ministre Margot Wallström n'était pas présente à la réunion», a déclaré à l'AFP un porte-parole de la diplomatie suédoise, Joakim Edvardsson, refusant d'indiquer qui y représentait la Suède et ce qui a été dit.

La diplomatie de ce pays scandinave - non-aligné - a vivement réagi à des déclarations de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui a brandi la menace de «mesures de représailles» en cas d'adhésion de la Suède à l'OTAN.

«Nous sommes un État indépendant qui de façon indépendante décide de sa politique de sécurité (...). Nous n'acceptons pas les menaces et j'ai convoqué l'ambassadeur de Russie pour (lui) poser des questions et obtenir des explications», a déclaré Margot Wallström à des journalistes.

Pour Moscou, «l'adhésion de la Suède à l'OTAN aurait des conséquences en termes militaro-politiques et de politique étrangère, et demanderait nécessairement des mesures de représailles de la part de la Russie».

«La stratégie de défense et de sécurité nationales est l'affaire de chaque État souverain. Cependant, nous considérons toujours la politique de non-participation de la Suède à des blocs militaires comme un facteur important de la stabilité en Europe du Nord», a prévenu Maria Zakharov jeudi au breffage hebdomadaire du ministère russe.

«La rhétorique n'est pas nouvelle et ne (nous) fait pas peur», a affirmé le nouveau chef de l'état-major des forces armées suédoises, Micael Bydén, à l'agence de presse suédoise TT.

Le non-alignement de la Suède, membre de l'Union européenne, signifie que le pays n'est pas tenu par une alliance précise et choisit de participer ou non à des opérations militaires en fonction de la situation.

Ce royaume est toutefois membre du Programme de partenariat pour la paix de l'OTAN et a contribué à la force de l'Alliance atlantique en Afghanistan.

La grande majorité des Suédois restent opposés à une adhésion à l'OTAN et celle-ci est de ce fait inconcevable dans un avenir proche, selon les analystes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer