Jambe coupée trouvée à Rome: la police a retrouvé son propriétaire

Une voiture de police de Roma, près de... (Photo Wikimedia Commons)

Agrandir

Une voiture de police de Roma, près de la fontaine de Trévi.

Photo Wikimedia Commons

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
ROME

Le mystère de la jambe coupée, tatouée «aujourd'hui est un beau jour pour mourir», retrouvée par un passant mardi, a été levé, raconte samedi il Messaggero: son propriétaire était un ultra de la Lazio, drogué, braqueur récidiviste et violent.

Le quotidien romain consacre une page entière à raconter la vie de cet homme, Gabriele del Ponte, 36 ans, faite de braquages, de consommation et de trafic de drogues, de séjours en prison et de passion pour l'extrême droite vécue au sein des irréductibles de la Lazio, l'un des deux clubs de football de la capitale.

Del Ponte, dont le quotidien publie plusieurs photos, s'était marié en mai avec une Italo-tunisienne de 24 ans.

Mais, après un mois de vie commune, la jeune femme s'était enfuie, car il la battait, selon son père, un patron de bar interrogé par il Messaggero.

«Un type aussi méchant, je n'en avais jamais vu avant», confie le père de l'ex-épouse.

Ce mariage devait pourtant être le départ d'une nouvelle vie pour le trentenaire au parcours chaotique.

Après avoir grandi dans un quartier défavorisé de la capitale italienne, théâtre de luttes entre trafiquants de drogue, il commettait son premier braquage à 18 ans.

Suivaient de nombreux passages en prison, après de nouveaux vols à main armée, une vie «in galera» (en prison) dont il était fier sur son profil Facebook.

«Bonjour à tous ceux qui sont détenus», écrivait-il, ou «mieux vaut être en cellule, au silence, qu'être sans honneur», ou «je jure que je vais en prison heureux».

Après s'être fait tirer dessus, il avait été opéré à la hanche, mais boitait depuis, un léger handicap qui permettait aux policiers de le reconnaître quand il agissait, masqué et muni d'une hache, lors de ses braquages, de pharmacies notamment.

Selon l'un d'eux, familier de son parcours criminel, Gabriele del Ponte, qui avait un pistolet tatoué à la taille, «s'était recyclé dans la drogue après avoir donné dans le braquage».

Depuis deux ans, il essayait pourtant de se désintoxiquer et l'annonce de ses fiançailles, en février, avait été annoncée avec joie sur son profil Facebook.

Ce sont les membres de sa famille, inquiets depuis sa disparition fin juillet, qui ont reconnu à la morgue sa jambe et ses tatouages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer