Procès de la «filière syrienne» en Belgique: jusqu'à 20 ans de prison

Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine de 27... (PHOTO  JONAS ROOSENS, ARCHIVES AFP/BELGA)

Agrandir

Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine de 27 ans, qui a échappé en janvier à un coup de filet en Belgique au cours duquel deux de ses complices présumés ont été tués, avait revendiqué en février la préparation d'attentats en Belgique, et affirmé avoir rejoint les rangs du groupe État islamique en Syrie.

PHOTO JONAS ROOSENS, ARCHIVES AFP/BELGA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
BRUXELLES

La justice belge a infligé mercredi des peines respectivement de 12 et 20 ans de prison à deux acteurs clés d'une des plus importantes filières de recrutement de djihadistes démantelées en Belgique.

Les deux hommes étaient jugés avec 30 complices présumés, dont 28 ont été reconnus coupables.

Le procès dit de la «filière syrienne», ouvert en mai, portait sur le recrutement, en Belgique, de candidats à la lutte armée en Syrie, entre 2011 et 2014, a précisé l'agence de presse belge Belga. La moitié des prévenus étaient jugés par défaut.

Parmi ces absents, Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine de 27 ans, s'est vu infliger une peine de 20 ans.

L'homme, qui a échappé en janvier à un coup de filet en Belgique au cours duquel deux de ses complices présumés ont été tués, avait revendiqué en février la préparation d'attentats en Belgique, et affirmé avoir rejoint les rangs du groupe État islamique en Syrie.

Il était également accusé d'«enlèvement de mineur» concernant son propre frère Younès, qui avait rejoint la Syrie en janvier 2014 à l'âge de 13 ans, et a été surnommé «le plus jeune djihadiste du monde» par certains médias.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a infligé une peine de 12 ans au deuxième prévenu clé, un Bruxellois de 41 ans, Khalid Zerkani.

Déjà en détention, l'homme, qui a contesté les charges pesant sur lui, était selon la justice très actif dans le recrutement, en particulier de jeunes musulmans bruxellois, qu'il poussait par des prêches faits dans des lieux de prière improvisés à prendre part au djihad.

Quatre membres d'une même famille, une mère et ses trois fils (dont l'un absent et présumé mort en Syrie), ont été condamnés à des peines allant de huit à 20 ans, a précisé Belga.

Trente-deux personnes, dont de très jeunes hommes et femmes, étaient prévenues dans cette affaire pour être parties rejoindre les rangs des djihadistes en Syrie, ou avoir fourni une aide. Seules deux soeurs ont été acquittées.

Avec quelque 400 ressortissants partis combattre en Syrie, la Belgique est un des pays les plus touchés en Europe par ce phénomène.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer