Les éleveurs français obtiennent une hausse du prix du lait

Le faible niveau des prix du lait et... (PHOTO PHILIPPE DESMAZES, AFP)

Agrandir

Le faible niveau des prix du lait et des animaux de boucherie est à l'origine d'un mouvement de protestation des éleveurs, particulièrement dans les régions d'élevage de Normandie (ouest), d'Auvergne (centre) et en Rhône-Alpes (centre-est).

PHOTO PHILIPPE DESMAZES, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

Les éleveurs français ont obtenu vendredi une hausse des prix du lait qui leur permettra de couvrir leurs frais, tandis que leur mouvement de protestation qui concerne aussi les producteurs de viande connait une accalmie.

Comme il l'avait fait mi-juin pour la viande bovine, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a réuni vendredi les producteurs de lait et leurs partenaires (industriels et distributeurs) pour trouver un accord aux termes duquel le lait ne pourra être payé moins de 340 euros (un peu plus de 485 $) les 1000 litres, soit une augmentation de quatre centimes par litre par rapport au niveau actuel.

«L'impact sur le consommateur sera de quelques centimes», a souligné M. Le Foll.

«Chacun a pris conscience qu'après plusieurs mois de déflation des prix alimentaires, il est temps de faire un peu de rattrapage», s'est félicité Xavier Beulin, président du principal syndicat agricole FNSEA.

«Cette hausse va nous permettre de couvrir nos frais», a indiqué de son côté le président de la fédération des producteurs (FNPL) Thierry Roquefeuil.

«On ne règle pas tous les problèmes aujourd'hui», a-t-il tempéré, réclamant des mesures au niveau européen.

Le faible niveau des prix du lait et des animaux de boucherie est à l'origine d'un mouvement de protestation des éleveurs qui ont érigé dès la la mi-juillet des barrages avec leurs tracteurs sur de nombreuses routes, particulièrement dans les régions d'élevage de Normandie (ouest), d'Auvergne (centre) et en Rhône-Alpes (centre-est).

La plupart de ces barrages ont été levés jeudi soir, mais plusieurs laiteries de l'ouest de la France ont été bloquées vendredi matin.

Après quelques mois de hausse en 2014, les prix du lait sont en baisse depuis décembre dernier en raison d'un contexte mondial défavorable dont la fin des quotas européens en avril, après 30 ans de régulation.

Stéphane Le Foll a annoncé avoir obtenu la convocation d'un conseil européen des ministres de l'Agriculture le 7 septembre sur ce sujet.

La France réclame un soutien de Bruxelles aux producteurs et une revalorisation du prix d'intervention concernant le lait : ce mécanisme de soutien européen, activé en cas d'effondrement des cours, ne se déclenche actuellement que lorsque le prix tombe à 22 centimes le litre.

Outre la fin des quotas, l'embargo russe sur les produits agroalimentaires a contribué à engorger le marché européen, cependant que la demande chinoise, en pleine croissance depuis 2010, s'est brusquement réduite de moitié pour la poudre de lait.

Le 17 juin, la filière bovine française s'était accordée sur une augmentation des prix payés aux producteurs. Mais l'accord n'a été que partiellement respecté. Devant la colère des éleveurs, le gouvernement a annoncé mercredi un plan de soutien d'urgence de 600 millions d'euros (858 millions de dollars) et fait pression sur les industriels et les distributeurs pour qu'ils respectent leurs engagements.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Les éleveurs français ne décolèrent pas

    Europe

    Les éleveurs français ne décolèrent pas

    François Hollande a été contraint jeudi de monter au créneau face à la colère des éleveurs qui ont érigé des barrages sur de nombreuses routes de... »

  • Les agriculteurs français à bout

    Europe

    Les agriculteurs français à bout

    Romuald Martin a une ferme laitière dans la Sarthe, où lui et sa femme veillent sur 75 blondes d'Aquitaine. «À nous deux, on se prend environ 800... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer