Les élèves turcs interdits de réseaux sociaux

Depuis plus d'un an, le gouvernement islamo-conservateur au... (PHOTO DADO RUVIC, REUTERS)

Agrandir

Depuis plus d'un an, le gouvernement islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002 en Turquie s'en prend régulièrement aux réseaux sociaux et à leurs utilisateurs.

PHOTO DADO RUVIC, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Philippe ALFROY
Agence France-Presse
ISTANBUL

Les critiques contre les profs sur Twitter et Facebook, c'est fini: le ministère turc de l'Éducation a décidé d'interdire à tous les élèves des écoles secondaires du pays l'utilisation des réseaux sociaux pendant le temps scolaire, sous peine d'exclusion temporaire.

Édictée dans le cadre de la lutte contre l'absentéisme et les «comportements équivoques» ou «contraires aux valeurs nationales, à la décence et à la moralité», cette mesure est entrée en vigueur le 1er juillet, selon le Journal officiel turc cité jeudi par les médias turcs.

Dès la rentrée de septembre, les élèves ne seront plus autorisés à tweeter ou à publier de commentaires sur leur page Facebook depuis leur classe ou leur cour de récréation, sauf autorisation expresse de leur professeur.

Les propos diffamatoires, insultants ou provocants à l'égard du personnel enseignant ou même de leurs camarades seront donc bannis. Les contrevenants seront passibles de poursuites disciplinaires allant jusqu'à l'exclusion temporaire, selon le nouveau règlement.

Depuis plus d'un an, le gouvernement islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002 en Turquie s'en prend régulièrement aux réseaux sociaux et à leurs utilisateurs.

Début 2014, le président Recep Tayyip Erdogan a ordonné à plusieurs reprises le blocage momentané de Twitter, Facebook ou YouTube, accusés notamment de diffuser des accusations de corruption visant son entourage.

En mars dernier, le Parlement turc a voté une disposition qui autorise le gouvernement à bloquer un site internet sans décision de justice, une mesure pourtant censurée quelques mois plus tôt par la Cour constitutionnelle au nom de la protection des libertés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer