Révélations de Snowden: Londres a dû retirer des espions

La Chine avait elle aussi accès aux documents... (PHOTO BERTRAND LANGLOIS, archives AFP)

Agrandir

La Chine avait elle aussi accès aux documents qui révèlent les techniques de renseignement de la Grande-Bretagne et des États-Unis, ce qui suscite la crainte que leurs espions aient pu être identifiés.

PHOTO BERTRAND LANGLOIS, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

La Grande-Bretagne a été contrainte d'évacuer des espions de certains pays après que la Russie et la Chine eurent accédé à la masse de documents ultra-secrets emportés par l'ancien consultant américain Edward Snowden, rapporte dimanche le Sunday Times.

De hauts responsables du gouvernement et des services de renseignement ont déclaré au journal que des agents avaient dû être retirés de pays hostiles après que la Russie eut été en mesure de décrypter plus d'un million de dossiers.

«La Russie et la Chine ont ces informations. Cela signifie que des agents ont dû être retirés et que le fait que nos modes d'opération sont connus a fait cesser notre collecte d'informations essentielles», a déclaré au Sunday Times une source de Downing Street, les services du premier ministre David Cameron.

Contactée par l'AFP, une porte-parole de Downing Street s'est refusée à tout commentaire sur ces informations. «Nous ne commentons pas les questions touchant aux services secrets», a-t-elle expliqué.

«Nous ne pouvons ni confirmer ni infirmer ces informations», a quant à lui déclaré un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères, le Foreign Office.

D'autres sources gouvernementales citées par le journal ont affirmé que la Chine avait elle aussi accès aux documents qui révèlent les techniques de renseignement de la Grande-Bretagne et des États-Unis, ce qui suscite la crainte que leurs espions aient pu être identifiés.

Edward Snowden, ancien consultant de la CIA et de l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine, s'est réfugié en Russie après avoir transmis à la presse une énorme quantité de documents secrets, afin de dévoiler l'étendue des programmes américains de surveillance électronique et de protéger les libertés individuelles.

Snowden a affirmé qu'aucun service de renseignement ne pourrait décrypter les documents qu'il a emportés avec lui.

Mais une source des renseignements britanniques a déclaré au Sunday Times: «Nous savons que la Russie et la Chine ont accès aux matériaux de Snowden et qu'elles les étudieront pendant des années, recherchant des indices pour identifier des cibles potentielles».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer