Paris: le pont des Arts libéré de ses cadenas d'amour

Depuis le matin, les services municipaux sont sur... (PHOTO PHILIPPE WOJAZER, REUTERS)

Agrandir

Depuis le matin, les services municipaux sont sur le pont, découpant à la scie à métaux les grilles chargées de serrures, les empilant à l'arrière de camions, avant de les stocker dans des entrepôts.

PHOTO PHILIPPE WOJAZER, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kevin TE, Marie GIFFARD
Agence France-Presse
PARIS

Adieu serments éternels scellés sur la Seine: la mairie de Paris a commencé à retirer lundi les centaines de milliers de «cadenas d'amour» que les couples accrochaient en signe d'amour sur le célèbre pont des Arts.

Fini les parapets surchargés de laiton, boursoufflés par des cadenas roses, verts, aux initiales grossièrement gravées. Plus de clés théâtralement jetées dans la Seine.

La passerelle respire, les flancs libérés de ses verrous - entre 700 000 et un million - qui pesaient au total 45 tonnes. Il y a un an, une partie des grilles s'étaient écroulées sous le poids de l'amour.

«Paris doit rester la capitale de l'amour... Que les couples continuent à se déclarer leur flamme, à se demander en mariage, peut-être sur le pont des Arts, mais, de grâce, pas en déposant un cadenas», a exhorté Bruno Julliard, l'adjoint chargé de la Culture à la mairie de Paris.

Depuis le matin, les services municipaux sont sur le pont, découpant à la scie à métaux les grilles chargées de serrures, les empilant à l'arrière de camions, avant de les stocker dans des entrepôts.

«On réfléchit aux différents moyens de les recycler», a déclaré M. Julliard, précisant qu'ils ne seraient «pas jetés».

La manoeuvre, qui oblige à fermer le pont toute la semaine, permettra aux «touristes parisiens de retrouver cette magnifique perspective».

Le pont des Arts, qui enjambe la Seine offre l'une des plus belles vues de la capitale avec le musée du Louvre et le haut de Notre-Dame, notamment.

Les grillages seront remplacés par des oeuvres de «street art» (art urbain) avant que des panneaux de verre ne soient définitivement installés à l'automne.



De dangereuses tonnes d'amour

«J'ai déposé un cadenas ici il y a dix ans», se souvient, nostalgique, Feruccio, un Italien de 43 ans venu avec sa femme.

Pour Yilmaz, qui a déposé un cadenas en 2010, c'est «comme si on enlevait le patrimoine de Paris, un patrimoine créé par les gens. C'est de l'art du peuple. C'est ça qui était beau.»

Pressentant l'accident devant cet amoncellement, deux Américaines avaient lancé en mars 2014 une pétition «no love, no lock», signée par plus de 10 000 personnes, pour réclamer l'enlèvement des cadenas, qui ont «enlaidi» le Pont.

Ces femmes dénonçaient «une mode affreuse et dangereuse», qui dénature «le vrai Paris» et le transforme en «Disneyland».

Las, quelques mois plus tard, le 8 juin 2014, une partie du grillage du pont des Arts s'effondrait, sous le poids des cadenas d'amour.

La passerelle avait dû être évacuée. La Ville prenait enfin des mesures en retirant 37 grilles supportant chacune une demi-tonne «d'amour».

Trois panneaux vitrés avaient ensuite remplacé un pan de grillage au milieu du pont, laissant présager le début de la fin de l'ère romantico-scellée.

La municipalité s'est mise en quête d'alternatives, avec une campagne de communication pour encourager les égoportraits plutôt que les cadenas, et à les publier, accompagnés du mot-clic #lovewithoutlocks (amour sans cadenas).

Le rite des cadenas symbolisant l'amour éternel aurait démarré à Rome, popularisé par deux romans à l'eau de rose de Federico Moccia datant de 1992 et 2006, dans lequel le héros et l'héroïne accrochent un cadenas avec leur nom sur le lampadaire d'un pont, s'embrassent et jettent la clé dans les eaux du Tibre.

Dans la ville de l'amour, l'épidémie de verrous a commencé en 2008, des couples du monde entier succombant à la mode.

Après le pont des Arts, ils avaient gagné d'autres ponts de la capitale française et sont en train de conquérir des quartiers où les touristes s'aventurent encore rarement.

Vendeurs à la sauvette et kiosquiers aux abords de la célèbre passerelle, qui enjambe la Seine reliant l'Académie française au Louvre, avaient vite flairé le bon filon et proposaient les fameux verrous aux amoureux.

Paris, «première ville dans le monde à se débarrasser des cadenas (...) continuera à enlever les cadenas un à un sur tous les autres ponts», a promis Bruno Julliard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer