Guerre familiale au sein de l'extrême droite française

«Plutôt que de penser à la retraite, je... (PHOTO MICHEL EULER, AP)

Agrandir

«Plutôt que de penser à la retraite, je pense à l'attaque, moi», a lancé Jean-Marie Le Pen au lendemain de sa suspension du FN.

PHOTO MICHEL EULER, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charlotte PLANTIVE, Guillaume DAUDIN
Agence France-Presse
PARIS

Elle l'a «trahi», il ne veut même plus qu'elle porte son nom. Poussé vers la sortie par sa propre fille, le leader historique de l'extrême droite française, Jean-Marie Le Pen, s'est dit prêt mardi à riposter, mais ses armes semblent limitées.

«Plutôt que de penser à la retraite, je pense à l'attaque, moi», a-t-il lancé au lendemain de sa suspension du parti Front national (FN), qu'il a créé et dirigé pendant près de 40 ans avant d'en céder les rênes à sa fille Marine en 2011.

Lundi, cette dernière avait convoqué la plus haute instance du parti pour museler son père, auteur en avril d'une série de provocations sur la Shoah ou l'immigration, mettant à mal ses efforts de «dédiabolisation» du FN.

Verdict : le bureau exécutif a suspendu le patriarche, 86 ans, et décidé de convoquer dans les trois mois une assemblée générale pour modifier les statuts du parti et lui retirer sa présidence d'honneur.

«Félonie», «trahison», a immédiatement tonné le vieux tribun, souhaitant que sa fille, 46 ans, se marie pour qu'elle n'utilise plus son nom. «Cette outrance montre qu'il n'y avait pas d'autre solution» que de le suspendre, a réagi mardi Marine Le Pen.

Dans sa diatribe, Jean-Marie Le Pen a même ajouté ne pas souhaiter que sa fille remporte la présidentielle de 2017. «Si de tels principes moraux devaient présider à l'État français, ce serait scandaleux», a-t-il lancé, se déclarant prêt à se battre «par tous les moyens».

Son «pouvoir de nuisance est toutefois limité», souligne Sylvain Crépon, spécialiste du FN. Il y a de «l'affection» pour le chef historique chez les militants, mais même les «gens très attachés à lui depuis longtemps considèrent qu'il exagère», dit-il.

Après les dernières saillies de l'eurodéputé - qui a encore qualifié les chambres à gaz de «détails de l'histoire» - 74% des sympathisants du FN jugeaient que sa présence médiatique était un handicap pour le parti.

«Le Vieux qui radote»

Quant aux cadres, ils soutiennent Marine Le Pen car, avec elle, ils espèrent des succès électoraux et «une rétribution politique», explique à l'AFP Sylvain Crépon.

Depuis 2011, la patronne du FN a engrangé les succès, notamment avec l'élection de deux députés, deux sénateurs, une première place aux Européennes et 11 villes gagnées dans un scrutin municipal.

Certes, le «menhir» (surnom lié à ses origines bretonnes) conserve un pouvoir de «nuisance médiatique» mais là encore, «il risque de s'isoler complètement et de finir avec l'image du vieux qui radote», ajoute le chercheur.

Pour le politologue Joël Gombin, autre spécialiste de l'extrême droite, pendant l'assemblée générale extraordinaire, «il n'est pas impossible que Marine Le Pen saisisse l'occasion pour faire passer d'autres choses, y compris un changement de nom du parti».

Si cette réunion permettait de modifier le nom du parti, Jean-Marie Le Pen «pourrait rester à la tête d'un FN canal historique» et monter une liste dissidente à de prochaines échéances électorales, ajoute le chercheur Jean-Yves Camus.

Dans la soirée, sur la chaîne de télévision TF1, M. Le Pen n'a pas exclu l'idée d'un autre parti pour défendre «le courant national».

Mardi, la classe politique française se gaussait de cette guerre politico-familiale. «Le Front est moins national que familial», ironisait ainsi l'eurodéputé de droite (opposition) Brice Hortefeux. «Il y a des enjeux, ce sont ceux de la France, ça ne peut pas être ceux d'une famille», a jugé le porte-parole du gouvernement socialiste, Stéphane Le Foll.

La guerre familiale chez les Le Pen n'en est pas à son premier épisode. En 1987, en plein divorce, l'épouse de Jean-Marie, Pierrette, avait posé nue dans le magazine de charme Playboy pour se venger. En 1998, sa deuxième fille, Marie-Caroline, avait choisi le camp opposé au cours d'une scission politique et n'aurait plus de contacts aujourd'hui avec son père.

Le nouveau conflit qui secoue le Front national pourrait s'étendre à la troisième génération : la petite-fille de Jean-Marie Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen, 25 ans, benjamine de l'Assemblée nationale, a craint mardi de se retrouver «otage» en raison d'une «position personnelle délicate».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer