Un «Charlie Hebdo» russe pour se moquer de l'Occident

La première édition de Charj i Pero («Charge et Plume»),... (PHOTO DMITRY SEREBRYAKOV, AFP)

Agrandir

La première édition de Charj i Pero («Charge et Plume»), un hebdomadaire gratuit de quatre pages interdit aux moins de 18 ans, est «entièrement consacrée aux événements en Ukraine».

PHOTO DMITRY SEREBRYAKOV, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse

La première édition de Charj i Pero («Charge et Plume»), un hebdomadaire gratuit de quatre pages interdit aux moins de 18 ans, est «entièrement consacrée aux événements en Ukraine», a déclaré Valéri Zaborovski, le porte-parole du mouvement «Anti-Maïdan», lors de la présentation du journal.

La première édition de Charj i Pero («Charge et Plume»), un hebdomadaire gratuit de quatre pages interdit aux moins de 18 ans, est «entièrement consacrée aux événements en Ukraine», a déclaré Valéri Zaborovski, le porte-parole du mouvement «Anti-Maïdan», lors de la présentation du journal.

Le mouvement «Anti-Maïdan» réunit notamment des clubs de motards, des sportifs et des anciens combattants. Il a été créé pour contrer un hypothétique soulèvement des forces d'opposition comme en Ukraine où le régime prorusse du président ukrainien Viktor Ianoukovitch a été renversé il y a un an, après des manifestations de masse sur la place du Maïdan à Kiev.

«Tous les auteurs ont donné leurs caricatures et poèmes gratuitement», a précisé M. Zaborovski, lors de la première distribution du journal devant le centre culturel ukrainien, dans une rue piétonne au centre de Moscou.

«En Ukraine, tout comme en Occident, il y a une vaste campagne russophobe. Mais de notre part, de la part des artistes, il n'y avait pas de réponse à cette campagne», a expliqué le caricaturiste Mikhaïl Serebriakov, qui a dessiné la une du journal.

L'une des caricatures montre le président américain Barack Obama, la chancelière allemande Angela Merkel et les premiers ministres canadien Stephen Harper et britannique David Cameron qui se ferment les yeux et la bouche.

Un petit poème en dessous explique: «Nous avons décidé en Occident que toute agression vient de Moscou. Notre bouche et nos yeux sont fermés, ce n'est pas de notre faute. Toi, Moscou, tu es très méchante, et il n'y a pas plus gentil que l'Occident. L'Ukraine le sait».

La prochaine édition du journal sera consacrée à la «cinquième colonne», une expression qui pour le Kremlin et ses partisans désigne l'opposition en Russie.

Les forces pro-Kremlin ont fermement condamné la publication des caricatures de Mahomet par l'hebdomadaire français Charlie Hebdo, cible de l'une des attaques djihadistes menées en janvier à Paris et qui ont fait au total 17 morts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer