A320: les familles des victimes bientôt sur les lieux du drame

Le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela... (Photo: AP)

Agrandir

Le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre espagnol Mariano Rajoy ont rendu hommage aux victimes de l'écrasement dans une morgue de fortune mercredi à Seyne-les-Alpes.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Renaud LAVERGNE, Daniel ORTELLI, Marie GIFFARD
Agence France-Presse
Seyne-les-Alpes

Les familles de victimes de l'accident de l'Airbus A320 de Germanwings sont attendues jeudi dans les Alpes-de-Haute-Provence, à proximité des lieux où s'est écrasé l'appareil mardi, suscitant l'hommage de dirigeants internationaux et une vague d'émotion dans toute l'Europe.

Deux appareils partiront de Düsseldorf et Barcelone pour Marseille afin de permettre aux proches des disparus de se rendre à proximité des lieux de la catastrophe, a annoncé le patron de la Lufthansa, dont la filiale à bas coûts Germanwings opérait l'appareil qui s'est écrasé avec 150 personnes à son bord --144 passagers et 6 membres d'équipage.

De là, ils rejoindront par la route la région de Digne-les-Bains, chef-lieu des Alpes-de-Haute-Provence et situé à quelques dizaines de kilomètres de Seyne-les-Alpes et Le Vernet, les deux petits villages de montagne les plus proches des lieux du drame: l'avion s'est écrasé à quelque 1.500 m d'altitude, pour des raisons qu'un premier examen de l'une des deux boites noires, mercredi, n'a pas identifiées.

Deux autocars en provenance d'Espagne --où les hommages se sont enchaînés mercredi dans tout le pays-- sont en outre attendus dès la nuit de mercredi à jeudi à Digne, où un dispositif d'accueil a été mis en place.

Au total, selon l'adjoint à la sécurité de la ville de Digne, Bernard Aymes, ce sont plusieurs centaines de personnes qui devraient converger vers Seyne-les-Alpes et Le Vernet, où deux chapelles ardentes ont été dressées. Selon une source proche de l'enquête, les familles n'iront toutefois pas sur les lieux-mêmes de la chute mais «seront amenées au plus près, c'est-à-dire au niveau du Vernet».

 «On ne ferme aucune hypothèse» 

Mercredi, les deux villages ont été le lieu d'un émouvant moment de recueillement de François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy. «Tout sera mis en oeuvre pour que nous puissions retrouver, identifier et remettre aux familles des victimes les corps» des 150 personnes tuées dans l'accident, a promis le président de la République, au cours d'une allocution prononcée à Seyne-les-Alpes aux côtés de la chancelière et du chef du gouvernement espagnol, qui ont de leur côté remercié la France pour son aide et son accueil.

Presque simultanément au Bourget, le directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), Rémi Jouty, annonçait que la première boîte noire avait permis aux enquêteurs d'«extraire des données utilisables», mais pas d'expliquer déjà la catastrophe. Trouvée quelques heures seulement après le drame, elle est très déformée, selon d'impressionnantes images diffusée par le BEA, qui témoignent de la la violence du choc subi par l'appareil.

La boîte noire retrouvée par les enquêteurs est le «Cockpit Voice Recorder», celle qui enregistre tous les sons de la cabine de pilotage et permet d'entendre les conversations entre le commandant de bord et le pilote.

Mais malgré ces premiers éléments, le BEA n'avait toujours pas mercredi en fin d'après-midi «la moindre explication» du drame. «A ce stade, on ne ferme aucune hypothèse», a ajouté le directeur du BEA, précisant toutefois que l'avion n'avait pas explosé en vol, mais avait bien «volé jusqu'au bout».

François Hollande et Angela Merkel ont pu prendre la mesure de la violence de l'impact en survolant la zone en hélicoptère avant leur arrivée en début d'après-midi à Seyne-les-Alpes, où ils ont été rejoints quasi immédiatement par Mariano Rajoy, arrivé par la route.

Le visage marqué par l'émotion, les trois dirigeants ont passé un long moment à faire la revue des troupes impliquées dans les secours et les recherches depuis mardi matin.

Camion frigorifique  

Au moins 51 Espagnols et 72 Allemands - dont 16 adolescents d'Haltern revenant d'un échange scolaire et deux bébés - et trois Américains ont trouvé la mort mardi dans le drame, ont précisé leurs gouvernements respectifs. Au total, les victimes sont d'une quinzaine de nationalités différentes.

Plus de 300 gendarmes, 280 policiers, une centaine de sapeurs-pompiers, 70 chasseurs venus de Gap, ainsi qu'une dizaine de médecins-légistes, se sont de nouveau mobilisés mercredi pour les opérations de recherche et d'enquête, qui ont pris fin à la tombée de la nuit. «Le dispositif d'hier est reconduit: cinq gendarmes spécialisés montagne passent la nuit sur place pour sécuriser le site», a précisé la gendarmerie.

L'identification des corps prendra «des jours et même des semaines», a prévenu le procureur de la République de Marseille Brice Robin. Une fois la scène du drame sécurisée par le PGHM (peloton de gendarmerie de haute montagne), jusqu'à 200 enquêteurs pourront y travailler, dans une zone de près de 4 hectares à flanc de montagne, dans laquelle sont dispersés les débris de l'avion.

Pour participer à l'enquête, Interpol a envoyé une équipe de spécialistes, qui doit notamment apporter une aide pour l'identification des victimes et un soutien linguistique.

En fin de soirée mercredi, un camion frigorifique était positionné aux abords de la chapelle ardente de Seyne-les-Alpes, ainsi qu'une camionnette de l'identification criminelle. Des travailleurs d'«urgence sociale» espagnols, arrivés de Barcelone pour «accompagner les familles qui viendraient» étaient également présents, sans doute pour accueillir les familles des victimes - un point qu'ils n'ont pas voulu confirmer formellement.

L'appareil, qui avait 25 ans, avait subi une importante révision à l'été 2013.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer