Chaîne humaine autour de la synagogue de Copenhague

Le rassemblement a attiré une foule hétéroclite, de... (Photo Mads Nissen, AP)

Agrandir

Le rassemblement a attiré une foule hétéroclite, de croyances et d'origines diverses, et suffisante pour entourer le pâté de maisons où se situe la synagogue, dans le centre de la capitale danoise.

Photo Mads Nissen, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
COPENHAGUE

Un millier de personnes ont formé samedi une «chaîne de la paix» autour de la synagogue de Copenhague, un mois après le meurtre d'un Juif danois à cet endroit.

Inspiré par des manifestations similaires à Oslo et Stockholm, le rassemblement avait lieu à l'appel d'un groupe de jeunes musulmans voulant dire son rejet de l'antisémitisme et de la violence.

Il a attiré une foule hétéroclite, de croyances et d'origines diverses, et suffisante pour entourer le pâté de maisons où se situe la synagogue, dans le centre de la capitale danoise.

«Je pense qu'après les événements qui se sont produits ici tout le monde a eu envie de montrer quelque chose, ou participer à quelque chose qui envoie le signal que nous ne tolérons pas la haine», a déclaré à l'AFP l'organisateur Niddal El-Jabri, Danois d'origine palestinienne.

«Le Danemark où je suis né et j'ai grandi était un endroit sûr, et il devrait rester ainsi pour tous, peu importe la croyance religieuse qu'ils ont ou n'ont pas», a-t-il ajouté.

«Nous sommes très reconnaissants», a dit le chef de la communauté juive danoise, Dan Rosenberg Asmussen. «Il est plus important que jamais de s'élever contre la haine et les préjugés».

«Je suis ici pour montrer au monde que nous sommes là pour vivre ensemble, en paix», a affirmé Reshad Sekandari, un Afghan arrivé au Danemark il y a 15 ans.

Dans la nuit du 14 au 15 février, Dan Uzan, 37 ans, avait été tué d'une balle dans la tête alors qu'il montait la garde à l'extérieur de la synagogue, où se déroulait une bar-mitzvah.

Son assassin présumé, un Danois d'origine palestinienne de 22 ans, avait tué auparavant, lors d'un débat sur la liberté d'expression, un réalisateur danois de 55 ans, Finn Norrgaard. Quelques heures après l'attaque de la synagogue, il était lui-même abattu par la police.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer