La nouvelle présidente de la Croatie appelle à l'unité nationale

Kolinda Grabar-Kitarovic est l'ancienne ministre des Affaires étrangères... (PHOTO ANTONIO BRONIC, REUTERS)

Agrandir

Kolinda Grabar-Kitarovic est l'ancienne ministre des Affaires étrangères conservatrice.

PHOTO ANTONIO BRONIC, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
ZAGREB

La première femme présidente de la Croatie Kolinda Grabar-Kitarovic a appelé dimanche à l'unité nationale pour redresser l'économie du pays, en prenant ses fonctions lors de la cérémonie d'investiture à Zagreb sur la place Saint Marko.

«Seule l'unité nous permettra de bâtir une meilleure Croatie (...) nous avons besoin d'unité nationale concernant les dossiers stratégiques», comme le redressement de l'économie, a déclaré Mme Grabar-Kitarovic lors de son premier discours après avoir prêté serment.

«Laissons derrière nous nos divisions (...) à partir d'aujourd'hui notre unité nous permettra d'ouvrir une nouvelle page d'un avenir meilleur», a affirmé la présidente croate de 46 ans, cheveux relevés en chignon et vêtue d'un manteau bleu.

Mme Kolinda Grabar-Kitarovic, l'ancienne ministre des Affaires étrangères conservatrice, avait emporté la présidentielle, d'une courte tête, en janvier devant le social-démocrate Ivo Josipovic, sanctionné pour avoir échoué à sortir ce jeune pays de l'Union européenne de la crise économique.

La cérémonie d'investiture s'est déroulée par un temps ensoleillé en présence de plusieurs centaines de citoyens et de responsables régionaux, dont le premier ministre serbe Aleksandar Vucic.

Selon la Constitution croate, le président de la Croatie --  4,2 millions d'habitants -- est élu pour cinq ans et dispose de pouvoirs limités. Il est le commandant suprême des forces armées et gère avec son gouvernement la politique étrangère.

L'ancienne république yougoslave, indépendante depuis 1991 et devenue en 2013 le 28e et dernier pays membre de l'Union européenne, est en récession quasi permanente depuis 2008.

La dette publique représente près de 80 % du PIB. Celui-ci devrait de nouveau reculer en 2014, d'environ 0,5 %. Le taux de chômage frôle les 20 % et un jeune sur deux est sans emploi.

Le gouvernement de centre-gauche prévoit une croissance de 0,5 % pour 2015, année où doivent se tenir des élections législatives.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer