Deux Français liés à Al-Qaïda arrêtés au Yémen

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) a revendiqué... (IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO)

Agrandir

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) a revendiqué l'attentat contre le journal satirique français Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts le 7 janvier à Paris.

IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
SANAA

Deux Français liés à Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) ont été arrêtés au Yémen, a indiqué samedi un haut responsable de la sécurité yéménite, précisant que les deux hommes étaient interrogés.

«Lors des deux derniers jours, deux ressortissants français accusés d'appartenir à Al-Qaïda ont été arrêtés», a indiqué le directeur du service de sécurité nationale, le général Mohammed al-Ahmadi.

«Il y a environ 1000 activistes d'Al-Qaïda au Yémen en provenance de 11 pays arabes et non-arabes», a-t-il déclaré à des journalistes à Sanaa, sans préciser si cette arrestation était liée aux attentats en France la semaine dernière.

Aqpa a revendiqué mercredi l'attentat contre le journal satirique français Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts le 7 janvier à Paris. L'attaque a été commise par deux Français, les frères Saïd et Chérif Kouachi --tués deux jours plus tard par des forces d'élite-- qui se sont entraînés avec le réseau extrémiste au Yémen selon diverses sources.

Dans une vidéo diffusée sur un site islamiste, un responsable d'Aqpa, Nasser al-Ansi, a affirmé que l'attentat avait été commis sur ordre du chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, pour «venger» Mahomet, caricaturé par le journal satirique français.

Dans un appel à la chaîne d'informations en continu BFMTV, Chérif Kouachi avait indiqué, lors d'une prise d'otage avant d'être tué, avoir séjourné en 2011 au Yémen.

Et selon des sources locales au Yémen, Saïd Kouachi avait fréquenté dans ce pays une université fondamentaliste avant de s'entraîner au maniement des armes avec Aqpa.

Des proches de Chérif Kouachi sont des «terroristes djihadistes» qui se trouvent «actuellement au Yémen et en Syrie», places fortes du djihadisme, a annoncé le 10 janvier la justice française.

Le groupe Aqpa, né de la fusion des branches saoudienne et yéménite d'Al-Qaïda, est considéré par Washington comme le bras le plus dangereux du réseau extrémiste. Très actif au Yémen, il s'est aussi distingué par des attentats ou projets d'attentats à l'étranger comme la tentative de faire sauter en vol un avion de ligne américain à Noël 2009.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer