Enquête indépendante après la pagaille dans le ciel de Londres

Les autorités britanniques de la sécurité aérienne ont annoncé lundi qu'une... (PHOTO LUKE MACGREGOR, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO LUKE MACGREGOR, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LONDRES

Les autorités britanniques de la sécurité aérienne ont annoncé lundi qu'une enquête indépendante allait être ouverte après la panne informatique vendredi dans un centre de contrôle aérien qui a provoqué la pagaille dans le ciel de Londres.

Des dizaines de vols ont été annulés vendredi et samedi dans les cinq aéroports londoniens.

Les autorités britanniques de l'aviation civile (CAA) vont mettre en place, en coopération avec Nats, l'organisme chargé du contrôle aérien, une commission d'enquête composée «d'experts techniques de Nats, d'un membre du conseil de direction de la CAA et d'experts indépendants».

Il s'agit du deuxième incident majeur en un an affectant le centre de Swanwick (sud de l'Angleterre) chargé d'organiser l'un des ciels les plus encombrés du monde. Le ministre des Transports, Patrick McLoughlin, a qualifié vendredi l'incident d'«inacceptable» en exigeant «des explications détaillées».

L'enquête portera sur les causes de la panne et la gestion par Nats de l'incident afin de minimiser les perturbations sans compromettre la sécurité aérienne. Elle devra également établir si les leçons de la précédente panne, intervenue sur le même site en décembre 2013, «ont été tirées et se sont avérées efficaces».

Samedi, Nats a indiqué que cette panne, qui a affecté les postes de travail des contrôleurs, «n'avait encore jamais été constatée» auparavant.

Concrètement, les contrôleurs «n'étaient plus en mesure d'accéder à l'ensemble des informations concernant les plans de vol», a expliqué Nats dans un communiqué.

L'enquête indépendante se penchera également sur «les mesures nécessaires pour éviter des pannes technologiques dans cette infrastructure nationale cruciale et pour réduire l'impact de perturbations inévitables», indique la CAA.

Le ministre libéral-démocrate du Commerce Vince Cable a accusé Nats de «lésiner» sur les investissements, conduisant la société à utiliser «des systèmes informatiques anciens qui tombent en panne».

Le directeur général de Nats, Richard Deakin s'est défendu de ces accusations, affirmant que des investissements de 575 millions de livres (1,04 milliard de dollars) étaient prévus au cours des cinq prochaines années pour mettre à jour les systèmes informatiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer