Les Suisses se prononcent sur plusieurs initiatives populaires

Les électeurs suisses donnent dimanche leur avis sur plusieurs initiatives... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre TAILLEFER
Agence France-Presse
Genève

Les électeurs suisses donnent dimanche leur avis sur plusieurs initiatives populaires, notamment durcir encore les règles sur l'immigration cette fois au nom de l'environnement et supprimer ou non les forfaits fiscaux pour les riches étrangers.

Ils doivent aussi se prononcer pour «sauver l'or de la Suisse» en obligeant la BNS, la Banque Nationale, à conserver un minimum de 20% de ses avoirs sous forme d'or, alors que son stock correspond aujourd'hui à 7% de ses avoirs.

Dans les trois cas, les sondages prévoient un échec des initiatives, mais la classe politique n'exclut pas une «surprise» sur l'immigration, à la faveur de l'anonymat du bulletin de vote.

Les électeurs sont peu enclins en effet à se réclamer d'une démarche lancée en dehors de partis au nom de la défense des ressources naturelles et régulièrement dénoncée par la classe politique, les milieux économiques et les syndicats comme «xénophobe et raciste».

Les électeurs sont appelés dans une votation à dire «halte à la surpopulation» par Écologie et population (Ecopop), une organisation qui se décrit comme «non partisane» et qui veut limiter le solde migratoire annuel du pays à 0,2% de la population (environ 16 000 personnes). Elle exige aussi que la Suisse consacre 10% de ses fonds d'aide au développement à des mesures de régulation des naissances dans les pays du sud.

«Au rythme où on bétonne le paysage actuellement, à 1,1 mètre carré par seconde, en 2050 si on ne fait rien on aura entièrement bétonné» toutes les régions non montagneuses de la Suisse, affirme Anita Messere, membre du comité Ecopop.

Il se heurte à un front du refus venant de tous les milieux. Même la droite populiste de l'UDC, qui avait porté avec un succès plutôt inattendu le vote anti-immigration du 9 février, trouve l'initiative excessive. Tous font valoir que le fonctionnement de l'économie, dont certains secteurs comme la santé comptent un tiers d'employés étrangers, ne serait plus assuré normalement et surtout elle ne pourrait plus se développer.

Une certaine impression de paradis perdu

Les partis apportent cependant peu de réponses à ceux qui considèrent qu'ils profitent moins aujourd'hui de la prospérité suisse que par le passé, même si le pays connaît une croissance positive, n'est pas endetté et affiche un taux de chômage de seulement 3,1%.

Ce mal vivre s'exprime sous d'autres formes plus radicales dans d'autres pays européens, comme en Grande-Bretagne avec le parti europhobe Ukip ou en France.

«Nous soutenons le peuple suisse dans ses votations contre l'immigration de masse intra-européenne», a déclaré samedi au journal suisse Le Temps Marine Le Pen, la présidente du FN, le Front national, le parti d'extrême droite français à l'occasion de son congrès à Lyon.

«La question des frontières, que les votations suisses soulèvent en permanence, sera au centre de mon propos. Le Front national est opposé à l'espace Schengen et à la libre circulation», a-t-elle dit.

La Suisse n'est pas membre de l'Union européenne, mais a adhéré à l'espace Schengen et applique encore pour le moment la libre circulation. Mais le gouvernement avait promis que cette ouverture des frontières amènerait quelque 10 000 immigrants de plus, il y en a eu environ 80 000 de plus en 2013.

Avec le «non à l'immigration de masse» de février, le gouvernement a maintenant trois ans pour sauver les accords économiques avec l'UE, que cette dernière menace de casser en cas d'abandon de la libre circulation.

Le scrutin sur les forfaits fiscaux, combattus au nom de «l'équité» par la gauche, concerne 5729 millionnaires étrangers qui préfèrent payer un total d'un milliard de francs suisses  (830 millions d'euros) d'impôts négociés en Suisse plutôt que les taxes dans leur pays.

Les adversaires de l'initiative, notamment une majorité d'élus des cantons, font valoir que le départ de ces étrangers priverait les caisses d'importantes recettes qu'il faudrait compenser en diminuant les dépenses ou en augmentant les impôts de tous, un argument qui porte selon les sondages.

Le vote, souvent par correspondance, sera clos à midi (6h00 heure de Montréal) et les résultats seront connus dans l'après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer