Le pape appelle la Turquie à promouvoir le dialogue interreligieux

Dès le premier discours de sa visite, le... (PHOTO UMIT BEKTAS, REUTERS)

Agrandir

Dès le premier discours de sa visite, le souverain pontife s'est posé devant son hôte islamo-conservateur en défenseur du dialogue entre les religions et des chrétiens victimes des exactions de «graves persécutions» des djihadistes en Irak et en Syrie.

PHOTO UMIT BEKTAS, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Louis DE LA VAISSIÈRE
Agence France-Presse
ANKARA

Le pape François a exhorté vendredi la Turquie musulmane à montrer l'exemple du «dialogue interreligieux» pour endiguer le fondamentalisme islamiste à ses frontières, devant son président Recep Tayyip Erdogan qui a, lui, dénoncé «l'islamophobie» croissante du monde occidental.

Dès le premier discours de sa visite, le souverain pontife s'est posé devant son hôte islamo-conservateur en défenseur du dialogue entre les religions et des chrétiens victimes des exactions de «graves persécutions» des jihadistes en Irak et en Syrie.

La Turquie a vocation à être «un pont naturel entre deux continents et des expressions culturelles différentes», a estimé le pape argentin, 77 ans, «une contribution importante peut venir du dialogue interreligieux et interculturel, de manière à bannir toute forme de fondamentalisme et de terrorisme».

François a insisté devant les autorités turques sur le rôle particulier que pouvait jouer leur pays, «pont naturel entre deux continents et des expressions culturelles différentes».

Au pouvoir depuis 2003, le président Erdogan, qui recevait le pape dans son nouveau, luxueux et très controversé palais de la banlieue d'Ankara, a joué la proximité avec son invité. «Nous regardons le monde avec les mêmes valeurs. Nos vues sont identiques sur la violence», a-t-il assuré.

Mais, fidèle à son discours habituel, M. Erdogan a poursuivi par une longue sortie contre la progression de l'islamophobie dans le monde occidental.

«Les préjugés se développent entre les mondes musulman et chrétien. L'islamophobie monte sérieusement et rapidement. Nous devons oeuvrer ensemble contre les menaces qui pèsent sur notre planète: l'intolérance, le racisme et les discriminations», a-t-il dit.

S'il a fermement condamné les organisations extrémistes telles que le groupe État islamique (EI) ou al-Qaïda, M. Erdogan a expliqué leur progression parce que leurs jeunes recrues «ont été discriminées et victimes de politiques incorrectes».

L'homme fort de Turquie a également dénoncé le «double discours» occidental sur le terrorisme, fustigeant notamment le «terrorisme d'État» à l'oeuvre en Syrie ou en Israël.

Le pape François se recueille au mausolée du... (PHOTO STOYAN NENOV, REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Le pape François se recueille au mausolée du père de la Turquie Atatürk, à Ankara, le 28 novembre.

PHOTO STOYAN NENOV, REUTERS

«Les mêmes droits»

Depuis qu'il dirige sans partage le pays, M. Erdogan, un pieu musulman, se présente volontiers en protecteur des religions mais il est régulièrement accusé par ses détracteurs de vouloir «islamiser» la République laïque turque fondée en 1923.

Le pape François n'a pas occulté ces critiques. «Il est fondamental que les citoyens musulmans, juifs et chrétiens (...) disposent des mêmes droits et respectent les mêmes devoirs», a-t-il dit, «la liberté religieuse et la liberté d'expression, efficacement garanties à tous (....) deviendront un signe éloquent de paix» pour la région.

La communauté chrétienne de Turquie ne regroupe plus aujourd'hui que 80 000 personnes dans un océan de plus de 75 millions de musulmans, pour l'essentiel sunnites. Les Chrétiens, tolérés, ne sont toujours pas reconnus juridiquement comme une communauté à part entière.

Comme il l'avait déjà fait dans l'avion l'amenant à Ankara, le pape n'a pas manqué de louer les «efforts généreux» de la Turquie pour l'accueil des réfugiés de Syrie et d'Irak, quelle que soit leur confession. «La communauté internationale a l'obligation morale de l'aider à prendre soin des réfugiés», a-t-il dit.

À l'issue d'un entretien avec le principal religieux turc Mehmet Gormez, François a encore fustigé les exactions «inhumaines» de groupes extrémistes comme l'EI en Syrie et en Irak. «La violence qui cherche une justification religieuse mérite la plus forte condamnation», a-t-il insisté.

Selon l'agence spécialisée sur le Vatican I.Media, le pape devrait profiter de son passage à Istanbul pour y rencontrer des réfugiés irakiens et syriens. Un geste attendu depuis qu'il a exprimé cet été son désir de soutenir au Kurdistan irakien les chrétiens, orthodoxes et catholiques confondus, qui fuient la poussée jihadiste.

Le pape, quatrième souverain pontife à visiter la Turquie, devait poursuivre sa visite samedi et dimanche par Istanbul.

Huit ans après son prédécesseur, le pape argentin Jorge Bergoglio doit visiter les mêmes lieux chargés de symboles que Benoît XVI, du mausolée d'Atatürk vendredi à l'ancienne basilique byzantine Sainte-Sophie devenue musée et la Mosquée bleue samedi à Istanbul, mais dans un climat nettement plus apaisé.

En 2006, la visite du pape allemand avait été empoisonnée par des propos controversés tenus trois mois plus tôt, où il semblait faire un lien entre islam et violence.

Même si le Vatican n'a évoqué aucune menace spécifique, près de 3000 policiers ont été mobilisés à Ankara et au moins 7000 autres le seront à Istanbul samedi et dimanche.

Dans la partie plus religieuse de son séjour, François compte réduire encore la fracture avec les orthodoxes née du schisme de 1054. Il doit notamment signer une déclaration avec le plus prestigieux de ses chefs, le patriarche Bartholomée.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer