Poudre suspecte dans des consulats étrangers: 24 personnes touchées

Des hommes de l'agence turque de gestion des... (PHOTO OSMAN ORSAL, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Des hommes de l'agence turque de gestion des situations d'urgence portant des masques à gaz et des tenues de protection contre les risques chimiques ont oeuvré vendredi dans les locaux des consulats allemand et belge pour des opérations de décontamination.

PHOTO OSMAN ORSAL, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ISTANBUL, Turquie

Un total de 24 personnes étaient en observation médicale samedi après que cinq consulats à Istanbul de pays membres de la coalition antidjihadiste, dont les États-Unis et la France, eurent reçus vendredi des lettres contenant une poudre suspecte, a annoncé samedi le ministère turc de la Santé.

Il s'agit de cinq étrangers et 19 citoyens turcs, a précisé le ministère, ajoutant qu'ils étaient suivis dans des cliniques spécialisées et que leur état de santé était bon.

Vendredi, seize personnes avaient été placées en observation, et des équipes de sécurité turques étaient intervenues dans les cinq consulats concernés - Allemagne, Belgique, Canada, États-Unis et France - pour procéder aux tests et prélèvements d'usage de la poudre jaune contenue dans ces lettres.

Seule une personne, qui travaille au consulat canadien, a été «directement exposée» à cette substance lorsqu'elle a ouvert l'enveloppe, dont le contenu était en cours d'analyse, avaient précisé vendredi les autorités, ajoutant que les résultats de l'analyse seraient connus lundi.

Les consulats ont été brièvement fermés au public le temps des interventions des équipes de sécurité.

Selon la chaîne de télévision NTV, les équipes spécialisées dans le risque chimique et bactériologique ont également procédé à des tests dans une poste du district de Beyoglu d'Istanbul.

Cette alerte intervient alors que de nombreux pays occidentaux ont renforcé leurs mesures de sécurité contre d'éventuelles menaces émanant du groupe djihadiste de l'État islamique (EI), qui assiège depuis un mois la ville syrienne kurde de Kobané, à proximité de la frontière turque.

Mercredi, un Canadien, âgé de 32 ans, soupçonné de vouloir rejoindre une filière djihadiste a tué un soldat montant la garde devant un monument aux morts à Ottawa, la capitale du Canada, avant de pénétrer dans le Parlement où il a finalement été abattu par le chef de la sécurité après des échanges de tirs.

Jeudi, un homme partisan du djihad a agressé des policiers à la hache à New York avant d'être abattu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer