Grande-Bretagne: activité antiterroriste «exceptionnellement élevée»

Les autorités évaluent à 500 le nombre de... (PHOTO PAUL ELLIS, AFP)

Agrandir

Les autorités évaluent à 500 le nombre de Britanniques partis combattre en Syrie ou en Irak et s'inquiètent de voir l'un d'entre eux revenir au Royaume-Uni pour y commettre un attentat.

PHOTO PAUL ELLIS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

La police britannique est aux prises avec un nombre «exceptionnellement élevé» d'enquêtes liées au terrorisme et a déjoué plusieurs complots cette année, a averti vendredi le responsable du contre-terrorisme britannique.

«Depuis le début de l'année, nous avons procédé à 218 arrestations», a révélé Mark Rowley, le responsable national du contre-terrorisme dans un communiqué, et «nous menons un nombre exceptionnellement élevé d'enquêtes de contre-terrorisme» d'une ampleur pas vue «depuis plusieurs années».

«Nous avons déjoué plusieurs projets d'attentats cette année», a-t-il dit.

M. Rowley a précisé que les plans terroristes étaient «d'un degré de sophistication varié, allant de la planification individuelle pour mener des attaques meurtrières spontanées à des conspirations plus complexes».

Presque tous ces projets semblent être dirigés de l'étranger ou inspirés par le terrorisme à l'étranger, a-t-il poursuivi.

M. Rowley a affirmé que les groupes extrémistes utilisent les réseaux sociaux de manière de plus en plus sophistiquée et que la police retire toutes les semaines des documents extrémistes d'internet, pour la plupart liés à l'Irak et à la Syrie et pour certains aux décapitations et à la torture.

«Le problème croissant de jeunes, impressionnables, et dans certains cas vulnérables, qui se radicalisent via internet est un risque en augmentation», a déclaré M. Rowley.

Au total, 66 personnes déclarées disparues sont suspectées d'être parties en Syrie, selon le responsable du contre-terrorisme britannique.

Cette annonce survient après l'arrestation ces dernières semaines de plusieurs personnes impliquées dans des complots «importants».

La Grande-Bretagne a relevé fin août son niveau d'alerte de sécurité de «substantiel» à «grave», une première en trois ans justifiée par la menace terroriste représentée par les centaines de Britanniques aguerris au djihad en Irak et en Syrie.

Les autorités évaluent à 500 le nombre de Britanniques partis combattre en Syrie ou en Irak et s'inquiètent de voir l'un d'entre eux revenir au Royaume-Uni pour y commettre un attentat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer