Sorti de l'hôpital, Gorbatchev est déjà de retour au travail

Mikhaïl Gorbatchev est apparu ces dernières années le visage... (PHOTO NATALIA KOLESNIKOVA, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Mikhaïl Gorbatchev est apparu ces dernières années le visage bouffi, et fatigué lors de ses dernières interventions publiques. Selon les médias russes, il souffrirait de diabète.

PHOTO NATALIA KOLESNIKOVA, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MOSCOU

Le dernier dirigeant de l'Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, âgé de 83 ans, a quitté la clinique moscovite où il était hospitalisé et a déjà repris ses activités, a annoncé vendredi le service de presse de sa fondation.

«Il vient d'arriver, tout est normal, il est avec nous», a indiqué à l'AFP le service de presse de la fondation Gorbatchev estimant que les médias russes avaient «exagéré» la gravité de son état de santé.

Deux agences de presse russes avaient annoncé jeudi soir l'hospitalisation de M. Gorbatchev le citant depuis son lit d'hôpital.

«Mon état de santé est moyen depuis une semaine et aujourd'hui, je suis à l'hôpital», avait-il déclaré depuis son hôpital, précisant à l'agence Interfax être «branché à un moniteur».

«Vous connaissez mon caractère, je suis déterminé à lutter, à vivre», avait-il dit.

«L'état [de ma santé] va bien sûr mieux aujourd'hui qu'hier et c'est pour cela que les médecins ont accepté que je quitte l'hôpital», avait-il déclaré vendredi à l'agence de presse russe Interfax.

M. Gorbatchev avait été admis dans un hôpital de Moscou qui soigne notamment les hauts responsables politiques russes.

En juin 2013, le dernier dirigeant de l'Union soviétique avait été hospitalisé pour un bilan de santé.

Il est apparu ces dernières années le visage bouffi, et fatigué lors de ses dernières interventions publiques. Selon les médias russes, il souffrirait de diabète.

En raison de problèmes de santé, il ne s'était pas rendu en avril 2013 aux obsèques de l'ancien premier ministre britannique Margaret Thatcher.

Très respecté en Occident, il l'est beaucoup moins par la plupart de ses concitoyens qui le rendent responsable de l'explosion de l'URSS et du chaos économique et social qui a suivi.

Le père de la perestroïka (réforme) lancée en 1985 avait annoncé sa démission à la télévision le 25 décembre 1991, prenant acte de la disparition de l'URSS après un accord signé sans lui par l'Ukraine, le Bélarus et la Russie.

M. Gorbatchev entretient ces dernières années des relations délicates avec l'actuel président russe Vladimir Poutine, qu'il a critiqué à de nombreuses reprises pour les reculs démocratiques et appelé à céder le pouvoir.

Lauréat du Prix Nobel de la paix en 1990, il intervient régulièrement lors de réunions internationales. Il préside la Fondation Gorbatchev qui s'occupe de programmes caritatifs et d'éducation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer