Londres sur le point d'offrir plus d'autonomie à l'Écosse

Pour la première fois depuis le début de... (Photo Andy Buchanan, AFP)

Agrandir

Pour la première fois depuis le début de la campagne référendaire en Écosse, un sondage accordait dimanche l'avance au Oui en vue du référendum du 18 septembre.

Photo Andy Buchanan, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Référendum écossais
Référendum écossais

Le 18 septembre les Écossais sont appelés aux urnes pour dire Oui ou Non à l'indépendance. Quatre millions d'électeurs qui devront choisir entre le maintien au sein du Royaume-Uni en tant que nation constitutive ou encore la souveraineté. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
LONDRES

Le gouvernement britannique prévoit offrir à l'Écosse davantage d'autonomie financière au cours des prochains jours, alors que les sondages projettent un résultat très serré dans le référendum à venir sur l'indépendance écossaise.

Le chancelier George Osborne a affirmé à la BBC, dimanche, que le gouvernement finalisait des plans pour accorder à l'Écosse une autonomie en termes de taxation et de fiscalité beaucoup plus importante, et qu'il dévoilerait ces propositions dans les prochains jours.

Pour la première fois depuis le début de la campagne référendaire en Écosse, un sondage accordait dimanche l'avance au choix de l'indépendance en vue du référendum du 18 septembre. Selon le coup de sonde réalisé par YouGov pour le compte du quotidien britannique The Sunday Times, 51 % des Écossais voteraient Oui, alors que 49 % opteraient pour le Non.

M. Osborne a fait valoir dimanche que les sondages démontraient l'importance de chaque vote, et a réitéré qu'une Écosse indépendante ne pourrait pas utiliser la livre sterling.

Il a soutenu que les trois principaux partis à Londres étaient conscients du désir d'une autonomie plus grande des électeurs écossais et que les nouvelles propositions seraient substantielles.

La vice-première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a affirmé que la campagne «Better Together» du gouvernement britannique semblait «envahie par la panique» alors que se resserre le combat pour les appuis dans les deux camps.

Elle a fait valoir que le gouvernement britannique n'aurait pas attendu deux semaines avant un référendum s'il était vraiment sérieux dans ses propositions envers plus d'autonomie pour l'Écosse.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer