Les parents de Maddie en cour contre l'ex-policier responsable de l'enquête

Kate et Gerry McCann poursuivent en justice l'ancien... (PHOTO RAFAEL MARCHANTE, REUTERS)

Agrandir

Kate et Gerry McCann poursuivent en justice l'ancien inspecteur de la police judiciaire Gonçalo Amaral pour avoir publié le livre Maddie, l'Enquête interdite, dans lequel il accuse le couple d'avoir dissimulé le cadavre de sa fille morte accidentellement.

PHOTO RAFAEL MARCHANTE, REUTERS

Agence France-Presse
LISBONNE

Les parents de la fillette britannique Madeleine McCann, disparue en 2007 dans le sud du Portugal, ont témoigné mardi au tribunal administratif de Lisbonne pour exprimer leur «détresse» provoquée par l'ancien policier portugais responsable de l'enquête, qu'ils poursuivent en diffamation.

Kate et Gerry McCann poursuivent en justice l'ancien inspecteur de la police judiciaire Gonçalo Amaral pour avoir publié le livre Maddie, l'Enquête interdite, dans lequel il accuse le couple d'avoir dissimulé le cadavre de sa fille morte accidentellement.

Estimant que cet ouvrage, publié en 2008, et un documentaire basé sur ces mêmes thèses ont nui aux recherches de leur fille, victime selon eux d'un enlèvement, le couple britannique réclame 1,25 million d'euros (environ 1,80 million de dollars) en réparation du préjudice subi.

«J'avais une idée de ce qui était dit dans le livre, mais quand je l'ai lu en entier je me suis sentie désespérée face à l'injustice qui était commise. C'était très douloureux», a déclaré la mère de la petite «Maddie» lors d'un témoignage qui a duré près d'une heure.

«Nous tentions si désespérément de retrouver Madeleine et j'ai senti qu'il détruisait nos chances. Cela provoque en nous une grande détresse, car nous avons besoin de l'aide du peuple portugais», a-t-elle poursuivi, la gorge serrée.

Prenant la parole après Kate, assis le dos tourné à la vingtaine de personnes qui assistaient au procès, Gerry McCann a lui aussi évoqué son «immense détresse» en découvrant un livre qu'il a jugé «choquant».

Aux côtés de son avocat, M. Amaral a entendu ces paroles sans réagir. Après avoir conduit cette enquête très controversée au cours de laquelle le couple McCann a été suspecté, puis blanchi, il a fini par être limogé.

Alors âgée de près de quatre ans, Madeleine McCann a disparu de sa chambre en mai 2007, pendant que ses parents dînaient avec des amis dans un restaurant du complexe hôtelier de Praia da Luz, une petite station de la région de l'Algarve où ils séjournaient en vacances.

Prévue pour jeudi prochain, l'audience finale du procès opposant les McCann à l'ancien inspecteur a été finalement reportée à une date à fixer ultérieurement pour permettre aux autorités fiscales d'apporter des informations supplémentaires sur les revenus de M. Amaral.

«Nous espérons que l'enquête menée actuellement par les polices britannique et portugaise conduira à une véritable avancée», a déclaré Gerry McCann en quittant le tribunal, sans autre précision sur les démarches en cours.

Après avoir passé deux ans à étudier le dossier, le Royaume-Uni a ouvert sa propre enquête en juillet 2013 et les autorités portugaises ont ensuite rouvert leur dossier, clos depuis 2008.

Dans le cadre de cette coopération, des inspecteurs de Scotland Yard se sont rendus au Portugal la semaine dernière pour interroger une quinzaine de suspects et témoins. Des fouilles réalisées en juin à Praia da Luz n'avaient révélé «aucun indice», avait reconnu auparavant la police britannique.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer