Indépendance de l'Écosse: un peu de souvraineté contre la livre sterling

«Une union monétaire durable et couronnée de succès... (PHOTO RUBEN SPRICH, REUTERS)

Agrandir

«Une union monétaire durable et couronnée de succès requiert des abandons de souveraineté nationale», a souligné le Candien Mark Carney, gouverneur de la Banque d'Angleterre.

PHOTO RUBEN SPRICH, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Une Écosse indépendante devra céder une partie de sa souveraineté budgétaire pour pouvoir conserver la livre sterling, a mis en garde mercredi le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE) Mark Carney, en citant la zone euro comme exemple à ne pas suivre.

«Une union monétaire durable et couronnée de succès requiert des abandons de souveraineté nationale», a souligné Mark Carney dans un discours à Édimbourg, soulignant l'importance d'éviter les erreurs commises lors de la création de la zone euro.

Le premier ministre indépendantiste écossais Alex Salmond souhaite conserver la livre sterling en cas de vote en faveur de l'indépendance lors du référendum organisé en septembre prochain. Le gouvernement britannique a de son côté manifesté son scepticisme face à la viabilité d'une éventuelle «zone sterling».

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre - responsable de la politique monétaire de l'ensemble du Royaume-Uni - a souligné que son intervention était purement «technocratique» et qu'il appartenait aux responsables politiques à Londres et Édimbourg de décider si la création d'une «zone sterling» était opportune en cas d'indépendance.

Mais il les a aussi appelés à bien établir les bases d'une éventuelle union monétaire pour éviter les risques «qui ont clairement été démontrés dans la zone euro ces dernières années, avec la crise des dettes souveraines, la fragmentation financière et d'importantes divergences dans la performance économique».

Le Canadien a fait la liste des ingrédients nécessaires selon lui à une union qui fonctionne : «la mobilité du travail, des capitaux et des biens; des structures institutionnelles qui encouragent la stabilité financière; et des institutions qui mutualisent les risques et mettent en commun des ressources budgétaires».

Il a en particulier insisté sur les deux derniers points, appelant à une union bancaire et, dans une certaine mesure, budgétaire entre une Écosse éventuellement indépendante et le reste du Royaume-Uni.

Le «oui» en faveur de l'indépendance est en forte progression, selon un sondage publié par le journal Scotland on Sunday, dimanche, à huit mois du référendum du 18 septembre sur la question.

Avec 37 % des sondés se déclarant pour une sortie du Royaume-Uni, contre 44 % à y être opposés et 19 % d'indécis, le «oui» affiche une progression de cinq points par rapport au précédent sondage ICM effectué en septembre dernier.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer