Nigeria: un attentat dans un marché de Maiduguri fait 17 morts

Maiduguri, comme la plupart des villes du nord,... (PHOTO  PIUS UTOMI EKPEI, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Maiduguri, comme la plupart des villes du nord, majoritairement musulmane, est en pleine fête du Mouloud.

PHOTO PIUS UTOMI EKPEI, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
MAIDUGURI, Nigeria

Au moins 17 personnes on été tuées dans l'explosion survenue mardi sur un marché très animé de la ville de Maiduguri, dans le nord du Nigeria, a indiqué à l'AFP le chef de la police de l'État de Borno.

«Selon les premières informations, nous avons 17 morts et au moins cinq blessés après l'explosion près du bureau de poste» de la ville, a déclaré ce responsable, Lawan Tanko, en précisant que le bilan pourrait s'alourdir.

Les blessés ont été amenés dans des centres médicaux pour être soignés, a précisé M. Tanko.

Cette explosion s'est produite devant la poste, dans un quartier qui fut déjà la cible du groupe islamiste interdit Boko Haram, en un jour de fête musulmane pour l'anniversaire du Prophète, le Mouloud.

«La bombe a explosé au milieu d'une foule de commerçants, alors qu'un camion transportant du bois de chauffage passait», a souligné M. Tanko.

«Un engin explosif dissimulé dans un sac a été abandonné près de l'étalage d'un boucher par des inconnus autour de Kasuwar Jagwal», lieu où se trouvent les étalages de viande et d'épicerie, a dit un commerçant, Buba Adam Kolo.

Selon M. Kolo «20 personnes gisaient sur le sol» après l'explosion, mais il a admis ne pouvoir dire si elles étaient mortes ou seulement inconscientes.

L'explosion a provoqué la panique dans la cité qui est, comme la plupart des villes du nord, majoritairement musulmane, en pleine fête du Mouloud.

«Tout le monde courait pour se sauver», a dit M. Kolo, et des témoins ont décrit la scène comme «un chaos total».

Selon un policier, qui a parlé anonymement, l'explosion a été ressentie à trois kilomètres.

«Nous avons entendu l'explosion du commissariat. Le marché a été fermé et les commerçants sont retournés chez eux, beaucoup passant devant le commissariat», a-t-il ajouté.

«Nous sommes en très forte alerte», a-t-il dit également.

Maiduguri a été le théâtre d'une attaque de Boko Haram le 2 décembre 2013, des insurgés brûlant un avion, saisissant des armes et détruisant des bâtiments dans la base militaire de la ville.

Des militants soupçonnés d'appartenir à Boko Haram ont tué dimanche cinq personnes dans un marché de village, à 22 kilomètres de Maiduguri, brûlant des voitures, des magasins des tentes et des céréales.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer