Russie: six cadavres découverts près de Sotchi

Un dispositif de sécurité exceptionnel est entré en... (PHOTO KAZBEK BASAYEV, REUTERS)

Agrandir

Un dispositif de sécurité exceptionnel est entré en vigueur mardi à Sotchi, à un mois de la cérémonie d'ouverture des Jeux.

PHOTO KAZBEK BASAYEV, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anna MALPAS
Agence France-Presse
MOSCOU

La Russie a lancé jeudi une opération antiterroriste après la découverte de six cadavres criblés de balles dans une région du sud du pays voisine de Sotchi, ville hôte des Jeux olympiques d'hiver qui s'ouvrent dans un mois.

Deux districts de la région de Stavropol ont été placés en état d'alerte après la découverte des corps mercredi près ou dans des voitures dont l'une aurait été piégée, ont indiqué les autorités régionales.

La région de Stavropol est voisine de celle de Krasnodar où est située la station balnéaire de Sotchi.

«Une opération anti-terroriste a été lancée le 9 janvier à 00h00 dans les districts de Predgorny et Kirov appartenant à la région de Stavropol», selon un communiqué des autorités.

La télévision d'État «Rossia 24» a montré des policiers antiémeutes patrouillant dans le district de Kirov.

Trois de victimes masculines ont été identifiées dont l'une était un chauffeur de taxi, a indiqué la télévision.

Selon la législation russe, le déclenchement d'une opération antiterroriste donne le pouvoir aux forces de l'ordre d'évacuer temporairement des habitants, d'arrêter des véhicules et des personnes sans raison apparente.

Les craintes de voir des militants islamistes lancer des attaques pendant les Jeux olympiques, du 7 au 23 février, ont été renforcées par deux attentats suicide non revendiqués, attribués à des kamikazes, qui ont fait au total 34 morts les 29 et 30 décembre dans une gare et un trolleybus à Volgograd, une autre ville du sud de la Russie.

Un dispositif de sécurité exceptionnel est entré en vigueur mardi à Sotchi, à un mois de la cérémonie d'ouverture des Jeux.

Au moment où des policiers examinaient l'un des véhicules dans lequel gisait un habitant de la région, un engin artisanal a explosé à une vingtaine de mètres, sans faire de blessés, a indiqué le ministère régional de l'Intérieur dans un communiqué.

Un deuxième engin explosif découvert à proximité a été détruit à l'aide d'un robot de la police, selon le Service fédéral de sécurité (FSB), cité par l'agence Interfax.

Le comité d'enquête, qui mène des investigations sur les principales affaires criminelles en Russie, a annoncé l'ouverture d'une enquête pour meurtres, trafic d'armes et tentative d'homicide contre des représentants des forces de l'ordre.

Une source au sein des services de sécurité a déclaré à Interfax que les deux engins explosifs étaient remplis de morceaux de métal pour faire le maximum de victimes, un mode opératoire identique à celui utilisé par les rebelles islamistes du Caucase du Nord.

La région de Stavropol jouxte plusieurs républiques instables du Caucase du Nord, dont le Daguestan, l'Ingouchie et la Tchétchénie.

Confrontées à une rébellion islamiste, ces républiques sont le théâtre d'explosions ou d'attentats quasi quotidiens, qui visent en premier lieu les représentants des forces de l'ordre, mais aussi les responsables administratifs, politiques et religieux.

Ces attaques sont le plus souvent revendiquées par la rébellion islamiste, qui a débordé hors des frontières de la Tchétchénie après la première guerre entre forces fédérales russes et indépendantistes dans cette petite république (1994-1996), suivie d'un second conflit meurtrier au début des années 2000, et s'est transformée en un mouvement armé actif dans tout le Caucase du Nord.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer